A A A
Justice

Deux courtiers en guerre contre Valeurs mobilières Desjardins

10 février 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Lawyer between two shouting and fighting dispute conflict peopleLe procès très attendu opposant deux courtiers à Valeurs mobilières Desjardins a commencé lundi au palais de justice de Rivière-du-Loup, rapporte TVA Nouvelles.

Carol Jean et Benoît Leclerc poursuivent la firme devant la Cour supérieure pour « congédiement sans motif sérieux et de manière abusive », indique le site d’information.

Les événements à l’origine de ce litige se sont déroulés en novembre 2011, lorsque le vice-président et directeur de la succursale de Rivière-du-Loup, Carol Jean, a été renvoyé dans le cadre d’une affaire de transactions non déclarées aux Bahamas. Son collègue Benoît Leclerc, conseiller en placement et gestionnaire de portefeuilles, avait lui aussi été remercié pour ce motif.

De telles transactions ne sont pas illégales, mais l’employeur exigeait qu’elles soient signifiées, ce qui n’a pas été fait. Les courtiers ont indiqué ne pas avoir pensé à les déclarer étant donné que le compte en question était inactif depuis 2006 et qu’ils n’avaient touché aucune commission sur celui-ci depuis 2009.

LES PLAIGNANTS RÉCLAMENT PLUS DE 2 M$

Aujourd’hui, les deux plaignants réclament plus de 2 M$ à Valeurs mobilières Desjardins.

Selon TVA Nouvelles, une quinzaine de témoins sont attendus lors du procès, qui devrait durer environ trois semaines. Hier, Luc Lortie, ex-directeur de la succursale de Desjardins à Joliette, est venu à la barre comme premier témoin. Il avait également été licencié en novembre 2011 dans le cadre d’une affaire de compte dans un paradis fiscal aux Bahamas.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques