A A A
Affaires

Devenir conseiller à son compte?

2 juin 2011 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

questions_decisions_choix_425Quitter le cabinet qui l’emploie et devenir indépendant? Dilemme. Voilà la difficile question que se pose un conseiller.

Consultante, « coach » personnelle, auteure et collaboratrice à notre site jumeau Advisor.ca, Joanne Ferguson a répondu à cette question.

Le cas de Derek
Depuis peu — et de plus en plus souvent —, je pense à quitter la firme pour laquelle je travaille afin de m’établir à mon compte et devenir un conseiller indépendant, raconte Derek. Quelques-uns de mes collègues jonglent également avec cette idée. Si je pars, j’aimerais beaucoup qu’ils viennent avec moi, car ils pourraient constituer les assises de ma nouvelle entreprise. Cependant, je suis inquiet de prendre une mauvaise décision en faisant le grand saut. Les propriétaires de la firme qui m’emploie actuellement sont aussi des amis personnels.

Les conseils de Joanne
On dit souvent que les gens veulent des résultats sans pour autant vouloir du changement.

Le changement est pourtant une bonne chose. Vous devez d’abord pensez aux raisons qui vous poussent à vouloir quitter la firme pour laquelle vous travaillez. Voulez-vous plus de changement? Êtes-vous en désaccord avec les décisions générales prises par la direction? Comment cela affecte-t-il vos clients? Une bonne stratégie consiste à coucher sur papier toutes les inquiétudes que susciterait un départ, mais aussi celles reliées au fait de rester dans votre firme actuelle.

Il est plus difficile de prendre une telle décision quand des amis sont concernés. Votre décision ne peut plus être rationnelle, car elle implique aussi une dimension émotive. Elle n’est plus axée seulement sur ce qui est mieux pour vos clients et pour vous, mais aussi sur les impacts que votre décision aura sur vos rapports amicaux.

Si vous songez souvent à faire le saut, cela signifie peut-être que vous êtes fin prêt. Si vous y pensez beaucoup et souvent, votre énergie n’est donc plus uniquement concentrée sur votre travail. Tant que vous ne prendrez pas une décision, dans un sens ou dans l’autre, votre productivité au travail en souffrira.

Voici un petit exercice qui pourrait vous éclairer :

Notez toutes les choses qui importent présentement dans votre vie.

Accorlez-leur une note (de 1 à 10) selon l’importance qu’elles occupent dans votre vie (privée et professionnelle) en ce moment même.

Demandez-vous si vous consacrez assez de temps aux cinq premières choses de votre liste.

Demandez-vous s’il y a des priorités (en bas de liste) qui pourraient être abandonnées.

Pourriez-vous ajouter d’autre chose à cette liste?

Tentez de déterminer si vous êtes fidèle à vous-même, quand vous considérez votre vision du métier,  vos buts, vos objectifs et le temps dont vous disposez.

Est-ce un bon moment pour faire le saut? Ce changement est-il en harmonie avec les buts et les objectifs que vous vous êtes fixés? Si c’est le moment opportun, quel est votre plan d’action? Disposez-vous du soutien nécessaire, notamment financier, pour que la transition soit aisée pour vos clients et vous?

Souvenez-vous que vous êtes seulement un être humain. Vous pouvez pensez pouvoir tout faire, mais, dans la réalité, ce n’est pas toujours possible. Alors n’hésitez pas à faire un choix. Et ce sera le bon.

Ce texte est adapté d’un article publié sur Advisor.ca. Traduction Anaïs Chabot

Loading comments, please wait.