A A A

Difficile 3e trimestre pour les émissions d’actions

1er décembre 2006 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(01-12-2006)L’été a clairement manqué de chaleur sur le marché canadien des actions, note l’Association canadienne du commerce des valeurs mobilières(ACCVM).

Au 3e trimestre de 2006 terminé le 30 septembre, les financements par actions ont totalisé 9,1 milliards de dollars, en baisse de 26 % sur le trimestre précédent et de 29 % par rapport au 3e trimestre de 2005.

Les opérations en ont également pris pour leur rhume : sur le TSX, elles accusent un retard de 17 % comparativement au trimestre précédent.

L’ACCVM explique cette contre-performance par la publication de données économiques plutôt ordinaires, des hausses et des baisses soudaines du prix de certaines marchandises(comme le pétrole)et le ressentiment de nombreux investisseurs face au marché.

« Il est peu probable que l’on inscrive une 4e année record d’affilée au chapitre des financements en 2006. La récente proposition du gouvernement visant à imposer les fiducies a porté un dur coup à ce segment du marché déjà en proie à des difficultés », a indiqué Ian Russell, pdg de l’ACCVM. En clair, le 4e trimestre de 2006 ne s’annonce pas gai.

Certes, la mesure du fédéral vise à résoudre des préoccupations majeures. Mais elle en soulève d’autres qui se traduiront « sans aucun doute par un plus grand repli des émissions de fiducies au 4e trimestre ». Ce scénario est d’autant plus probable que les évaluations réduites feront des fiducies des cibles parfaites pour des prises de contrôle en 2007, particulièrement dans le secteur du pétrole et du gaz. «Comme les sociétés de financement par capitaux propres cherchent à faire des acquisitions privées, il pourrait y avoir moins de possibilités pour les investisseurs», a ajouté Ian Russell.

L’attrait des fiducies étant « sérieusement amoindri », que feront les investisseurs? L’ACCVM croit qu’ils se réfugieront dans des lieux plus sûrs, comme du côté des obligations et des actions porteuses de dividendes, « jusqu’à ce que la turbulence s’apaise un peu ».

Pour lire l’analyse de l’ACCVM, cliquez ici :

Loading comments, please wait.