A A A

Dossier Norbourg : Éric Asselin veut tourner la page

15 février 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(15-02-2007)Éric Asselin, l’ancien vice-président aux finances de Norbourg, a déclaré mercredi dernier en conférence de presse que sans son intervention, « l’affaire Norbourg n’aurait très probablement pas éclatée » et qu’il n’a pas d’argent caché dans des paradis fiscaux.

« Ma sécurité financière est tout sauf garantie. Tout l’argent que j’ai est en fidéicommis chez Me Lozeau [son conseiller juridique] pour les fins de ma proposition aux créanciers, mis à part un peu d’argent pour mes dépenses courantes », a-t-il indiqué.

Éric Asselin réagissait ainsi à un article du quotidien La Presse dans lequel Vincent Lacroix le décrivait comme étant l’âme dirigeante et stratège de Norbourg lorsque le scandale a été mis en plein jour en août 2005.

« Ce qu’il faut savoir et ne pas oublier, a précisé Éric Asselin, c’est que Vincent Lacroix a toujours été la seule personne à autoriser quelque transaction que ce soit. M. Lacroix a berné bon nombre de ses collaborateurs, même parmi les plus avisés, sur une période de plus de cinq années, ce qui n’est pas peu dire. Je suis avant tout un honnête homme et affirme à ceux qui en douteraient encore que je ne suis pas le cerveau machiavélique que l’on prétend. »

Rappelons que Vincent Lacroix a déposé la semaine dernière un « appel en garantie » contre Éric Asselin, ses anciens partenaires d’affaires Claude Boisvenue et Michel Fragasso, ainsi que contre la Caisse de dépôt et placement du Québec(qui détenait 80 % de Capital Teraxis, propriétaire des fonds Évolution), le Trust Banque Nationale, la firme comptable KPMG et une firme de traitement des données financières, Felcom, de Québec.

Vincent Lacroix prétend que lorsqu’il a acheté les fonds Évolution en janvier 2004, des sommes importantes étaient déjà manquantes sans que l’on l’en ait informé.

Cette affaire est à suivre, bien entendu.

Quant à Éric Asselin et à sa famille, ils disent avoir subi beaucoup de pression psychologique et de harcèlement dans la foulée de ce scandale. «Tout ce que nous souhaitons, c’est tourner la page et vivre notre vie avec tout le respect dû aux individus quels qu’ils soient. »

Loading comments, please wait.