A A A

EN BREF- Actions canadiennes – Information continue – RBC Marchés des capitaux – Système SEDI  – Amende pour Alexandre Lauzière – Les régimes de retraite – Vos clients aînés 

23 octobre 2006 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Actions canadiennes : Canaccord Adams est nerveux

(27-10-2006) L’indice S&P/TSX qui flirte avec un sommet historique incite Nick Majendie, de Canaccord Adams, à recommander la prudence avec les actions canadiennes.

Le gestionnaire continue de croire que le marché boursier canadien est dans une phase baissière persistante qui pourrait s’étirer sur quelques années encore. Au moment de mettre en ligne, le S&P/TSX affichait 12 360 points. Nick Majendie le voit autour de 10 000 points d’ici les prochains six mois.

Ses prévisions pour le marché américain ne sont guère plus réjouissantes. Il estime que les principaux indices là-bas ont 70 % de chances de subir une baisse de 20 % ou plus, et 20 % de chances de perdre entre 10 % et 20 %.

Il conseille donc à ses clients de rester en touche et d’augmenter leurs positions en liquidités. Évidement, ce type de recommandation peut sembler frileux, admet-il, alors que les indices boursiers n’en finissent plus de grimper.

Pourtant, Nick Majendie trouve plusieurs similitudes entre les marchés d’aujourd’hui et ceux de 2000, avant que n’éclate la bulle technologique. « La conjoncture est semblable. Les marchés en hausse réclament de plus en plus d’argent, et les investisseurs continuent d’acheter. À notre avis, la prudence est de mise », dit-il.

Information continue : les petites entreprises doivent faire mieux

(27-10-2006) L’Autorité des marchés financiers (AMF) a émis plus de 1 000 recommandations à 195 entreprises sélectionnées dans le cadre de son  Programme d’examen de l’information continue (PEIC), dont le rapport annuel d’activité vient d’être publié.

Près du tiers des recommandations concernent des lacunes répertoriées dans les rapports de gestion : omission de discuter de l’impact d’une acquisition d’entreprise, de quantifier les facteurs expliquant les variations du chiffre d’affaires, de commenter les besoins de liquidités à court et à long terme, etc. « La majorité des émetteurs doivent faire des efforts additionnels dans la préparation de leurs rapports de gestion afin qu’ils fournissent une information équilibrée et complète », commente l’AMF.

Les résultats de l’examen permettent notamment de constater que 20 % des entreprises retenues ont été contraintes de « redresser » des documents d’information. Majoritairement, il s’agissait d’entreprises à petite capitalisation. En outre, un grand nombre d’émetteurs n’ont pas satisfait à l’exigence d’exposer qualitativement comment le comité de rémunération a établi la rémunération de la haute direction ainsi que son lien précis avec la performance de la société.

L’AMF est consciente que les entreprises à capital ouvert doivent se plier à un nombre impressionnant d’exigences comptables et de dispositions réglementaires. «Nous croyons que nos échanges sensibilisent les émetteurs à celles-ci.» Et malgré les lacunes, l’AMF note que, depuis l’instauration du PEIC, ses interventions contribuent à rehausser la qualité de l’information continue publiée par les sociétés ouvertes du Québec.

chés des capitaux se paie une technologie de pointe aux États-Unis

(26-10-2006) Afin de mieux desservir les gestionnaires de fonds de couverture et les opérateurs boursiers professionnels, RBC Marchés des capitaux s’est engagée à acheter les activités de courtage et de certains autres actifs du courtier new-yorkais Carlin Financial Group.

Cette acquisition, dont le montant n’a pas été dévoilé, donnera à RBC Marchés des Capitaux une plateforme d’exécution électronique des opérations « qui est une des meilleures de sa catégorie », a indiqué RBC. La technologie développée par Carlin est l’une des plus rapides et des plus efficaces du secteur. En effet, elle permet de négocier environ 35 millions d’actions par jour.

Carlin Financial Group est une société de services financiers de pointe qui offre une gamme complète de produits et de services conçus pour répondre aux besoins particuliers des institutions financières et des fonds de couverture : négociation de contrats à terme, maintenance de marché, arbitrage, soutien administratif, etc. Son système de négociation à accès direct à service complet, CARLINAccel, est devenu un important système de négociation des fonds de couverture.

Parmi ses partenaires figurent Goldman Sachs, Bloomberg.com, Reuters, eSignal et Charles River Ventures.

Système SEDI : incommode et inefficace

(25-10-2006) Plus de la moitié des personnes qui ont déposé leurs déclarations d’initiés au système SEDI le jugent complexe et source de difficultés.

Voilà ce qui ressort d’un sondage mené par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) auprès des utilisateurs de SEDI. «Les agents SEDI, c’est-à-dire les personnes qui déposent les déclarations pour les initiés, ont davantage d’expérience de SEDI et savent s’en servir, mais ils jugent quand même le système incommode et inefficace», constatent les ACVM.

« Le système fonctionne, mais nous reconnaissons qu’il présente des difficultés d’utilisation. Nous sommes déterminés à l’améliorer. Nous nous proposons de modifier SEDI ou de le redévelopper, mais il est trop tôt pour dire quelle option nous retiendrons », a indiqué Jean St-Gelais, président des ACVM et également pdg de l’Autorité des marchés financiers.

Deux sondages en ligne ont été réalisés auprès des utilisateurs inscrits et des utilisateurs publics. Les ACVM ont recueilli 1 752 réponses des utilisateurs inscrits et 350 réponses des utilisateurs publics.

25 500 $ d’amende et de frais pour Alexandre Lauzière

(23-10-2006) En janvier 2002, Alexandre Lauzière détenait un droit de pratique en assurance de personnes et en courtage en épargne collective.

Mais il a contrevenu huit fois à la Loi sur les valeurs mobilières en plaçant, sans détenir le titre de courtier en valeurs, des actions de la société Forex Canada NTS. En outre, il a aidé Forex Canada NTS à placer ces titres sans que l’entreprise ait un prospectus visé par l’Autorité des marchés financiers.

Résultat : la Cour du Québec du district de Montréal l’a reconnu coupable des huit chefs portés contre lui et condamné à verser une amende et des frais totalisant 25 500 $.

Bon 3e trimestre pour les régimes de retraite

(23-10-2006) Les obligations long terme ont enregistré un rendement de 8,3 % au cours du 3e trimestre, un sommet des 15 dernières année. Cette solide performance a permis aux placements des caisses de retraite et des gestionnaires de portefeuilles canadiens de progresser de 4,7 %, indique RBC Dexia Services.

La bonne tenue du marché des titres de dette a compensé l’anémie des Bourses. En effet, l’indice composé S&P/TSX n’a augmenté que de 1,9 % au cours de ce trimestre. RBC Dexia Services explique que le glissement des cours du pétrole brut a eu un impact négatif sur le marché des actions canadiennes. On le sait, l’indice composé S&P/TSX est très porteur en titres du secteur de l’énergie.

« Heureusement, la plupart des caisses de retraite canadiennes avaient déjà pris des mesures pour réduire leur exposition à ce secteur et, par conséquent, elles ont réussi à connaître de meilleurs rendements que l’indice de référence pour cette période qu’elles ont surclassé de 2,1 % », note RBC Dexia Services.

En dépit des difficultés rencontrées au 2e trimestre, les régimes de retraite affichent un rendement de 5,5 % depuis le début de l’année. Dans l’univers de 340 milliards de dollars que compile RBC Dexia Services, toutes les catégories d’actifs ont obtenu des résultats favorables, bénéficiant de nouvelles économiques encourageantes et de la stabilité du dollar au cours du 3e trimestre.

Comment bien servir vos clients aînés 

(23-10-2006) Que faire quand un client aîné est abusé par sa famille ? Quels conseils donner lorsque de vilaines histoires de famille enveniment l’atmosphère ? Comment aborder un client de longue date qui vient de faire un ACV ? Que devez-vous faire lorsqu’un client montre des signes d’incapacités ?

L’Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM) vous convie à examiner ces questions au cours d’une Webémission éducative intitulée Incapacité : rôle et responsabilités du conseiller. L’émission sera présentée en deux volets, les 7 et 22 novembre à 15 heures (en anglais à 14 heures).

Me André Barrette dirigera ces conférences téléphoniques interactives au cours desquelles, à partir de votre bureau ou de votre foyer, vous pourrez écouter, apprendre et poser des questions.

Dans la conférence du 7, Me Barrette traitera de l’incapacité, de vos responsabilités légales vis-à-vis des personnes inaptes et de vos obligations professionnelles et déontologiques.

Le 22, il expliquera comment améliorer votre présence au chevet d’un client et sur quelles ressources vous pouvez compter.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000