A A A
Argent

Est-ce avantageux de transférer ses fonds indiciels dans des FNB ?

21 juillet 2010 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

bourse_graphique_364La popularité croissante des fonds négociés en Bourse (FNB) peut inciter les investisseurs à troquer leurs fonds communs indiciels contre l’un de ces produits.

En effet, pourquoi paierait-on les frais de gestion de 0,50 % d’un fonds indiciel traditionnel, alors qu’un FNB qui piste le même indice ne perçoit que 0,20 % ? Avec le temps, « cette différence de coût de 0,30 % peut se traduire par une notoire différence dans les rendements », souligne Christine Benz, chroniqueuse à Morningstar Canada.

Or, la décision de passer d’un fonds indiciel à un FNB n’est pas une mince affaire, car il ne s’agit pas seulement d’une question d’économie de frais de gestion. Quatre autres facteurs importants doivent être pris en considération, dit Christine Benz.

1. L’impact fiscal consécutif au changement de fonds
Cet aspect concerne uniquement les portefeuilles non enregistrés. L’investisseur qui est à profit avec un fonds indiciel devra fort probablement déclarer un gain en capital imposable s’il décide de vendre ses parts pour acheter des unités d’un FNB. Avant de conclure ces transactions, il doit s’assurer que l’impôt à payer sera compensé par les coûts inférieurs que procurera son FNB. Autrement, « il se peut que vous n’économisiez pas assez pendant la vie de votre investissement dans le FNB pour faire face au choc fiscal », explique Christine Benz.

À l’opposé, l’investisseur qui est à perte avec son fonds indiciel pourrait profiter de l’occasion pour liquider ses parts déficitaires, déduire la perte fiscale et changer pour un FNB comparable. Il doit cependant faire attention aux règles relatives aux «pertes apparentes». En effet, pour que sa perte fiscale soit admissible, l’investisseur doit attendre 30 jours après la vente de son fonds indiciel pour acheter un FNB qui suit le même indice. Évidemment, s’il achète un FNB qui piste un indice différent, il ne sera pas soumis aux règles des «pertes apparentes».

2. La juste valeur du FNB
Puisque les parts des FNB s’échangent à la Bourse, il arrive, lors des journées de forte volatilité, que le prix de celles-ci soit spéculativement au–dessus ou au-dessous de leur juste valeur marchande. Comme il est à peu près impossible de contourner cette difficulté, il faut apprendre à vivre avec, dit Christine Benz.

3. L’efficience fiscale des FNB
Les promoteurs de FNB clament que leurs produits offrent une « efficience fiscale » supérieure à la moyenne en raison du bas taux de rotation des titres dans un indice donné. Les fonds indiciels sont également efficaces du point de vue fiscal, mais, selon Christine Benz, les FNB « ont plus d’outils en main pour garder le fisc à distance que les fonds indiciels traditionnels ».

4. La possibilité de spéculer
Contrairement aux détenteurs de fonds indiciels, les investisseurs peuvent faire de la spéculation sur séance (day trading) avec les FNB. Ils peuvent aussi les vendre à découvert ou encore protéger leurs profits avec des options (offertes sur certains FNB seulement). « Si vous attachez du prix à cette souplesse […] changer pour un FNB peut être la solution logique pour vous », dit la chroniqueuse.

La firme Claymore offre des services sans frais
Pendant longtemps, les sociétés de fonds communs ont dit que les FNB souffraient du fait que les investisseurs ne pouvaient pas s’en procurer par achats périodiques à somme fixe. Chaque fois qu’ils en achetaient (ou en vendaient), ils devaient payer une commission de courtage.

Mais les choses commencent à changer. En février 2009, la firme Claymore Investments, le numéro deux des FNB au pays, a lancé un programme de réinvestissement automatique des dividendes (DRIP). Les investisseurs qui participent à ce programme peuvent demander que leurs distributions soient converties en parts supplémentaires du ou des FNB Claymore qu’ils détiennent, sans frais de courtage.

L’entreprise offre également un programme d’achats périodiques des parts. Cette façon d’investir un montant déterminé à intervalles réguliers permet de se procurer davantage de parts que les cours sont bas, moins quand ils sont plus élevés. Cette méthode a pour effet de lisser le coût moyen des parts, ce qui peut être rentable à long terme.

Enfin, rappelle Christine Benz, Claymore propose un programme de retraits systématiques au comptant. Les personnes intéressées par cette formule peuvent choisir de toucher leur argent sur une base mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Aucuns frais ne sont facturés.

Consultez également notre Fureteur FNB.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000