A A A
Économie

États-Unis : vigueur encourageante

27 février 2013 | La rédaction

  • envoyer
  • imprimer


Après quelques mois d’hésitation, la confiance et le marché de l’habitation affichent une « vigueur encourageante qui permet de croire que la croissance restera bonne aux États-Unis », estime Francis Généreux.

L’économiste principal au Mouvement Desjardins appuie cette opinion positive sur trois facteurs.

1. La confiance des consommateurs s’est grandement améliorée en février
Une enquête du Conference Board démontre que la hausse de 11,2 points fait passer l’indice de 58,4 à 69,6. Avec cette hausse bien plus forte que celle anticipée par le consensus, l’indice du Conference Board a presque complètement effacé les pertes inquiétantes enregistrées au cours des mois précédents.

La force du gain est même « très étonnante », dit Francis Généreux, puisque l’augmentation récente des prix de l’essence avait le potentiel d’affecter négativement la confiance, tout comme les hausses d’impôts décrétées en janvier et les risques associés aux coupes automatiques des dépenses fédérales qui pourraient commencer très bientôt. « La forte hausse de la composante liée aux anticipations élimine une partie du risque qui pesait sur la croissance de la consommation réelle », souligne l’expert.

2. En décembre, l’indice du prix des maisons existantes a connu sa plus forte hausse depuis juin
La variation annuelle de l’indice S&P/Case-Shiller en décembre est passée de 5,4 % à 6,8 %. Sur l’ensemble de 2012 (moyenne annuelle), la croissance de l’indice a été de 0,9 % après une baisse de 3,9 % en 2011. L’indice S&P/Case-Shiller est en hausse constante depuis le creux atteint en janvier 2012. Le gain total est maintenant de 7,0 %. « Même si certains soubresauts sont toujours possibles, la tendance haussière des prix devrait se poursuivre en 2013 avec une croissance de plus de 5 % des prix », croit Francis Généreux.

3. Les ventes de maisons individuelles neuves ont bondi
Elles sont passées de 378 000 unités (taux annualisé) en décembre à 437 000 unités en janvier, « le niveau le plus élevé depuis juillet 2008 », constate l’économiste. Un bond des ventes de maisons neuves était attendu depuis plusieurs mois puisque cette donnée tardait à montrer la même croissance que les mises en chantier ou la revente. La hausse de 15,6 % en janvier, la plus forte en près de 20 ans, a fait chuter le nombre de maisons à vendre demeurant sur le marché, ce qui est un bon signe pour une poursuite de la croissance des mises en chantier.

Loading comments, please wait.