A A A
Argent

Évasion fiscale : des sociétés canadiennes auraient dissimulé 200 G$

20 mai 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Des entreprises canadiennes auraient escamoté 71 milliards de dollars à la Barbade et près de 36 milliards dans les îles Caïmans l’an dernier, rapporte le Huffington Post Canada.

Le site d’information se demande si l’élite économique n’aurait pas anticipé un boom économique dans ces îles lointaines… « Pas vraiment, peut-on lire. En fait, il y a de fortes chances qu’elle protège plutôt ses revenus des impôts », indique le média.

En effet, si l’on en croit une récente estimation (en anglais seulement) de Canadiens pour une fiscalité équitable (CPFE), le montant dissimulé dans les 10 principaux paradis fiscaux serait passé de 187 milliards de dollars en 2013 à près de 200 milliards l’an dernier.

Des milliers de bureaux fictifs

Et selon Dennis Howlett, directeur exécutif de l’organisme, la majorité de cet argent y a été placé pour éviter de payer des taxes au Canada.

« Marchez dans une rue des îles Caïmans et vous verrez très peu de preuves des présumés 36 milliards en investissements, explique-t-il. En revanche, vous apercevrez beaucoup de petits immeubles avec des centaines de boîtes aux lettres qui sont les “bureaux” de plus de 18 000 sociétés fictives, la plupart étant des succursales de compagnies qui veulent éviter de payer de l’impôt. »

Un scénario identique se répète au Luxembourg et dans plusieurs autres paradis fiscaux, précise Dennis Howlett. De même, la Suisse a vu ses avoirs d’entreprise canadiens tripler depuis 2011, pour s’établir à 11 milliards de dollars.

La partie émergée de l’iceberg

Et il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg, souligne le Huffington Post, puisque les chiffres de CPFE se basent uniquement sur des données de Statistique Canada concernant les investissements directs à l’étranger et n’incluent pas l’argent des entreprises détenues hors du pays par des Canadiens.

Au total, l’organisme estime que les 199 milliards de dollars ainsi mis à l’abri de l’impôt entraîneraient pour les gouvernements provinciaux et fédéral une perte de revenus de quelque 7,8 milliards de dollars.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques