A A A
Entente

Femmes en finance : encore du chemin à faire

20 avril 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Femme_Affaires_Hausse_Graphique_Succes_425«On compte encore à peine 19 % de femmes dans les conseils d’administration. Les progrès sont lents. On ne voit pas de changement notable à ce stade», déplore Dana Ades-Landy, présidente de l’Association des femmes en finance du Québec (AFFQ).

Alors qu’elle tiendra son gala annuel le 21 avril à Montréal, l’AFFQ a récemment fait part de ses projets pour changer cette situation à La Presse.

L’organisation indique notamment qu’elle concentrera d’abord ses efforts sur les projets déjà en cours, comme le mentorat ou les formations.

«On a déjà une grande sélection de formations, que ce soit sur le marketing personnel ou sur les devoirs et responsabilités des administrateurs. On essaie de plus en plus de donner celles que nos membres nous réclament», précise Dana Ades-Landy.

ACCROÎTRE LA PRÉSENCE FÉMININE DANS LES CA

La dirigeante affirme aussi qu’elle s’emploie activement à accroître la présence féminine au sein des conseils d’administration dans la province.

«Notre comité Femmes au CA a raffiné notre base de données des femmes qui sont prêtes à siéger aux conseils pour s’assurer que notre bottin est complet. Cette liste de noms a été remise aux ministres des Finances du Québec et du Canada. Elle a aussi été envoyée à toutes les sociétés d’État», explique Dana Ades-Landy.

De même, l’AFFQ a l’intention de mettre sur pied, d’ici l’an prochain, une base de données incluant tous les acteurs qui promeuvent la présence des femmes dans les conseils d’administration. Selon l’organisation, cet outil pourra être consulté par les chasseurs de têtes ou les présidents de conseil en quête de candidates pour combler un siège vacant.

«PARTAGER LES MEILLEURES PRATIQUES»

Parallèlement, l’AFFQ poursuit son initiative EVP (Ensemble vers la parité) lancée en 2013, profitant du fait que les entreprises cotées en Bourse sont désormais tenues de donner de l’information au sujet de la représentation féminine au sein de leur CA et de la haute direction.

«Notre mission est de former les compagnies publiques au sujet de la réglementation et de partager les meilleures pratiques avec elles pour avancer, souligne Dana Ades-Landy. On a eu notre premier événement en octobre dernier, où on a reconnu les efforts de certaines entreprises.»

Cette année, l’association nommera également des ambassadeurs, hommes et femmes, pour la représenter.

«On choisira des gens qui font déjà des efforts pour promouvoir l’avancement des femmes. Ils seront nos porte-paroles dans la communauté pour parler de l’importance de les soutenir dans leur carrière», conclut la dirigeante.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques