A A A
Techno

Finances et technologies : comment suivre la parade?

20 octobre 2014 | Guillaume Jousset | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Frank Martire, PDG du FIS

« Le futur, même à court terme? J’aimerais le connaître », a lancé d’emblée Frank Martire, PDG du FIS, lors du forum FinTech de Montréal mercredi. Même pour le plus important fournisseur de services technologiques de paiements pour l’industrie bancaire, prédire de quoi demain sera fait, alors que les technologies suivent une courbe d’évolution quasi exponentielle, relève presque de la divination.

Cependant, une chose est sûre pour ce visionnaire de l’industrie : « il faut être prêt pour le changement et sans cesse anticiper les évolutions apportées par les technologies ». Surtout, M. Martire a posé LA question qui agite le monde de la finance : comment adapter les services financiers aux changements apportés par les technologies dans notre mode de vie et notre quotidien?

La rapidité avant tout

Dans un monde où tout va vite, il faut désormais être vif, a-t-il prévenu. Face à une nouvelle génération de clients dépendants de la technologie, il faut être capable de réagir promptement. « Les clients attendent un accès immédiat à leurs informations financières autant que des réponses instantanées à leurs demandes, que ce soit pour acheter une voiture ou réaliser un investissement », a-t-il plaidé.

Le principe selon lequel l’arrivée d’une technologie précède toujours de quelques années son adoption est assurément obsolète selon lui. Quand une innovation prometteuse émerge, c’est à qui sera le premier à l’utiliser!

Parmi les tendances émergentes qu’il recommande de suivre attentivement, on retrouve bien sûr la question de la régulation et de la compétition, mais aussi le manque de confiance, de légitimité et de loyauté des consommateurs dans un environnement de plus en plus numérique. Submergés d’informations, accros à la gratuité et à l’instantanéité, les clients de demain seront possiblement moins fidèles, assurément plus exigeants.

Privilégier la simplicité

Selon Frank Martire, l’irruption des dernières technologies au sein des services financiers implique de grands changements, que ce soit à l’égard des consommateurs, de l’industrie ou de la compétition.

« Nous devons penser différemment et cela passe sans aucun doute par une simplification des processus pour les clients. Tout doit être intégré, facile », a-t-il affirmé, s’appuyant sur une courte vidéo de ce que pourrait être l’avenir des services financiers.

Des clients toujours connectés via leurs terminaux mobiles, capables de solliciter un prêt, gérer leur entreprise, signer électroniquement ou contacter leur conseiller en visioconférence, le tout sans bouger de chez eux et sans avoir à utiliser le moindre support physique… Une vision futuriste pourtant indéniablement proche.

« La technologie est une culture qui doit se diffuser autant dans la société que dans nos organisations », a assuré M. Martire, qui considère que c’est le prix à payer pour que les entreprises de services financiers réussissent à composer avec les changements rapides à l’échelle mondiale.

« Le défi, c’est de déterminer comment les institutions vont faire de l’argent dans ce nouvel environnement technologique », a-t-il conclu. Une question qui reste en suspens, même pour le FIS.

Conseiller au forum FinTech :

Loading comments, please wait.