A A A
Économie

FNB : des risques peu connus

9 septembre 2011 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Grâce aux fonds négociés en Bourse (FNB), les particuliers, donc vos clients, ont accès à des types de placement qui étaient auparavant réservés aux investisseurs institutionnels. C’est une bonne chose dans plusieurs cas, mais cela ouvre aussi la porte à une prise de risque exagérée pour des investisseurs individuels.

L’analyste en FNB de Morningstar, Timothy Strauts met en lumière certains risques difficiles à cerner. « De nos jours, quiconque a un compte de courtage peut investir dans des roubles russes, des actions coréennes à petites capitalisation, du cacao ou des crédits de carbone, voire même vendre à découvert des actions sud-américaines avec un effet de levier de 300 % », illustre M. Strauts.

Les FNB très risqués sont aussi faciles à se procurer que des FNB conventionnels, ce qui peut les rendre attrayants aux yeux de certains investisseurs. Cependant, la façon dont sont construits ces fonds peut engendrer des risques non-soupçonnés au départ.

Contrats à terme
Les FNB qui investissent dans le secteur des marchandises utilisent souvent des contrats à terme. Pour des raisons évidentes, il est plus facile d’acheter des contrats à terme que la marchandise réelle. Comme gestionnaire de portefeuille, si vous achetez du gaz naturel, où l’entreposeriez-vous et à quel prix, demande l’analyste de Morningstar?

« L’achat de contrats à terme de gaz naturel vous permet de participer aux variations de ses cours, sans pour autant participer directement à son prix comptant », donne en exemple M. Strauts. Les investisseurs n’anticipent pas toujours que le rendement d’un fonds possédant des contrats à terme peut être considérablement différent de l’évolution du prix comptant de la marchandise. Cela s’explique par le mécanisme de report des contrats à terme qui arrivent à échéance. Les résultats peuvent être surprenant, souligne l’analyste de Morningstar. Par exemple, en 2009, le prix au comptant du gaz naturel a augmenté de 3 %. Pendant cette période, le fonds Natural Gas Commodity ETF Claymore GAS a perdu 61 %.

La saveur du mois
« Les créateurs de FNB adorent lancer des produits dans un créneau particulier, en se concentrant sur une tendance populaire », remarque M. Strauts. Les énergies alternatives font parties des thèmes que les manufacturiers de fonds aiment explorer. Par exemple, le lithium est utilisé dans la fabrication des piles rechargeables pour les voitures électriques. Un fonds spécialisé dans le lithium permet de parier sur le fait que la demande pour ce produit va exploser lorsque l’usage des voitures électriques va se répandre.

Dans certains cas, le nom du fonds n’indique pas clairement sa composition. Le fonds Global X Lithium LIT a été lancé récemment. L’analyste de Morningstar souligne que les trois principaux avoirs de ce FNB sont des compagnies de produits chimiques. Celles-ci sont actives sur le marché du lithium, mais il n’y a qu’un petit pourcentage de leurs bénéfices qui provient de leur division traitant du lithium.

On observe aussi une popularité croissante des FNB qui investissent dans la bourse de plus petits pays sur le plan économique.  Les FNB qui investissent seulement dans les actions d’un pays étranger en particulier, comme la Turquie par exemple, devraient sans doute être réservés à des connaisseurs.

Vous voulez plus d’information au sujet des FNB canadiens ? Utilisez notre pratique fureteur FNB, un outil avancé qui vous permet de chercher, de trier et de comparer les fonds côte à côte. C’est gratuit ! Pour accéder à notre fureteur FNB, cliquez sur www.conseiller.ca/fnb.

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000