A A A
Affaires

FNB : Desjardins se lance dans l’arène

17 février 2017 | Hélène Roulot-Ganzmann | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Affaires_Avenir_425Consciente de la popularité des fonds négociés en Bourse (FNB), Desjardins a décidé de se lancer à son tour sur ce marché convoité, a annoncé cette semaine Finance et Investissement. Mais pourquoi maintenant?

« La rétroaction que nous avons de la part de nos partenaires à l’interne, c’est que nos membres sont intéressés par les FNB, explique Jay Aizanman, directeur développement des affaires et gestion d’actif au Mouvement Desjardins, en entrevue avec Conseiller. Il s’agit d’un outil de création financière. Comme nous sommes ceux qui connaissons le mieux les besoins de nos membres, nous croyons être les mieux placés pour leur proposer les produits qui y correspondent. »

À demi-mot, Desjardins avoue que plutôt que de voir sa clientèle acheter ses FNB chez le concurrent, elle préfère se lancer elle aussi sur le marché. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le dossier fait l’objet de discussions, note M. Aizanman, qui affirme que l’idée a été mise sur la table à plusieurs reprises, mais que le moment n’était pas encore venu d’aller de l’avant.

« Le marché a évolué depuis trois à quatre ans, la clientèle également. À l’époque, les FNB étaient plus considérés comme des copies des indices des référence. Aujourd’hui, on est tombé dans des solutions plus spécifiques comme les gestions actives. Prenez la Banque TD, elle est entrée sur ce marché dans les années 2000, elle a lâché en 2006-2007, pour y retourner récemment. C’est un marché qui bouge et nous croyons aujourd’hui que ce serait porteur pour nos membres d’y entrer. »

DES PRODUITS POUR TOUS LES MEMBRES

Le Mouvement Desjardins lancera neuf FNB afin de répondre aux différents besoins d’investissement de ses membres. Impossible de donner beaucoup d’information sur les produits, la coopérative n’ayant pas le droit d’en faire la promotion tant que le prospectus provisoire n’a pas été visé par les autorités en valeurs mobilières. Mais Jay Aizanman croit qu’ils répondront au profil un peu particulier des membres des caisses.

« Je crois pouvoir dire qu’ils sont un peu plus traditionnels qu’ailleurs, assume-t-il. Parmi nos sept millions de clients, c’est certain que les profils sont divers, mais en général, ce sont des gens qui ont un certain niveau de confort avec les fonds communs. Ils ont tendance à être très pointilleux sur les frais et les honoraires. Ce sont des éléments dont nous devons tenir compte. »

Le Mouvement ne souhaite par ailleurs pas toucher un segment plus particulièrement qu’un autre. Une récente étude BlackRock a pourtant conclu que ces produits s’arrachent particulièrement parmi les plus jeunes générations.

« Les jeunes sont très importants pour le Mouvement. C’est un segment qu’on devrait mieux connaître et entretenir, et tant mieux si nos FNB les attirent. Ils sont en général friands de transparence et refusent les frais trop élevés, nos produits devraient donc bien s’arrimer avec eux. Mais nous ne ciblons pas une démographie en particulier. Les avantages des FNB vont attirer tous nos clients, je crois. »

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000