A A A

Fonds communs : le risque a payé au 3e trimestre

5 octobre 2009 | Sophie Stival | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

« Un an après l’effondrement de Lehman Brothers et le début d’une chute brutale des marchés financiers mondiaux, les investisseurs semblent prêts à prendre de nouveau des risques et se précipitent sur les sociétés de moindre qualité qui ont été le plus durement frappées » explique Christian Charest dans la publication électronique Perspectives investisseurs de Morningstar.

« La prise de risque a été récompensée au troisième trimestre, surtout en septembre où les secteurs économiquement sensibles comme les métaux précieux et les ressources naturelles, de même que les fonds de sociétés à petite capitalisation et des marchés émergents ont affiché les plus gros gains. »

41 des 43 Indices de fonds Morningstar Canada ont progressé au 3e trimestre. Treize ont même affiché des gains à deux chiffres, selon les données préliminaires sur les rendements publiées vendredi par la firme de recherche (voir tableau).

Indices de fonds                                               Rendement 3e trimestre

  • Actions de PME canadiennes                                       17,1 %
  • Actions de l’immobilier                                                 16,5 %
  • Actions de PME en majorité canadiennes                      16,0 %
  • Actions des services financiers                                      15,6 % 
  • Actions des PME mondiales                                         15,2 %
  • Actions des ressources naturelles                                  14,8 %
  • Actions des métaux précieux                                        14,2 %
  • Actions des marchés émergents                                    12,3 %
  • Actions européennes                                                    12,0 %
  • Fiducies de revenu canadiennes                                    11,0 %
  • Actions internationales                                                  10,5 % 
  • Revenu fixe à rendement élevé                                      10,3 %
  • Actions en majorité canadiennes                                   10,1 %

(Source : Morningstar, données en date du 30 septembre 2009)

Au cours des trois derniers mois, plusieurs Bourses étrangères ont surclassé leur pendant canadien. Mais l’affermissement du dollar canadien a tempéré les gains des fonds ayant investi dans ces marchés.

En tête du peloton, on trouve l’Indice Actions de PME canadiennes Morningstar avec 17,1 %, alors que l’Indice Actions de PME majoritairement canadien Morningstar, légèrement plus diversifié, finissait en troisième place avec 16 %.

Suivent de près les indices de fonds sectoriels : l’Indice Actions de l’immobilier Morningstar s’est placé second avec 16,5 % et l’Indice Actions des services financiers est arrivé quatrième avec 15,6 %, tandis que les Indices Actions de ressources naturelles (14,8 %) et Actions de métaux précieux Morningstar (14,2 %) finissaient respectivement en sixième et septième places.
Parmi les catégories de fonds d’actions étrangères, l’Indice Actions des marchés émergents Morningstar a progressé de 12,3 % pour le trimestre, alors que les Indices Actions européens et Actions internationales Morningstar se sont appréciés de 12 % et 10,5 % respectivement.

Ces résultats sont loin des gains réalisés en devises locales par les indices boursiers comme le FTSE 1000 britannique (20,8 %), le CAC 40 français (20,9 %) et l’IPC mexicain (20 %), le dollar canadien s’étant apprécié de façon prononcée par rapport à nombre de devises comme la livre sterling (11,4 %), l’euro (3,9 %) et le peso mexicain (11 %).

Une autre victime des effets des taux de change a été l’Indice Actions américaines Morningstar, dont le rendement de 7 % pour le trimestre s’élevait à moins de la moitié de celui de l’Indice S&P 500 (15,6 %). Au cours de cette même période, le huard a gagné 8,4 % par rapport à son homologue américain.

« Cette plus grande prise de risque a donné un coup de fouet à notre dollar, car il se négocie comme une devise risquée, contrairement au dollar américain qui est traditionnellement perçu comme une valeur refuge. Le huard est aussi lié aux prix des matières premières, qui ont augmenté en même temps que le marché progressait », explique Esko Mickels, analyste de fonds à Morningstar.

Les rendements des diverses catégories à revenu fixe ont également reflété cette nouvelle envie de prendre du risque par les investisseurs. L’Indice Revenu fixe à rendement élevé Morningstar, dont les fonds sous-jacents investissent dans des émissions de moindre qualité, a connu son deuxième trimestre consécutif de résultats à deux chiffres avec 10,3 % de gains, alors que les catégories obligataires plus prudentes n’ont eu que de modestes résultats, positifs cependant.
« Les marchés obligataires on continué à montrer les signes d’un regain de confiance, alors qu’un certain nombre de nouvelles émissions sont arrivées sur le marché et que les écarts se sont resserrés », a indiqué M. Mickels.

Les seuls indices de fonds qui n’ont pas réussi à gagner du terrain au troisième trimestre ont été l’Indice Actions de la Grande Chine Morningstar, qui a reculé de 0,5 %, et l’Indice Actions japonaises, qui a perdu 3,1 %.
 
Les chiffres préliminaires de Morningstar sur le rendement des fonds sont basés sur le changement de la valeur liquidative par part de ces fonds au cours du mois, et ne comprennent pas nécessairement les distributions de revenu de fin de mois. Les chiffres définitifs sur le rendement seront publiés sur www.morningstar.ca au cours de la semaine.

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000