A A A

Fonds communs : vague de consolidation en vue

9 octobre 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

En entrevue au quotidien Globe and Mail, Bill Holland a souligné que la tourmente boursière entraînera une vague de consolidation dans l’industrie canadienne des fonds communs.

Le grand patron des fonds CI, le numéro trois des fonds communs au pays, pense que les petites sociétés ne pourront pas soutenir le rythme des rachats nets qu’elles subissent et l’effritement de leur actif sous gestion. « Une petite entreprise qui perd le quart, voire la moitié, de son actif connaîtra assurément des problèmes. Il y a des tonnes de fonds qui sont en baisse de 50 % par rapport à leur sommet. Ils ne peuvent pas supporter leurs coûts dans ce genre de marché », a dit Bill Holland.

L’indice S&P/TSX a fondu de 29 % depuis le début de l’année. Aux États-Unis, le S&P 500 a plongé de 32 % au cours de la même période. En septembre, près de 5 milliards de dollars sont sortis des coffres des membres de l’Institut des fonds d’investissement du Canada. Du jamais vu depuis 1990.

« Ce marché favorise les grandes sociétés de fonds communs, bien capitalisées et avec des marques de commerce reconnues. Les pressions seront fortes sur les petites firmes pour qu’elles fusionnent », a précisé Bill Holland.

Les plus récentes données de l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) indiquent que plusieurs petites sociétés ont connu un mois de septembre difficile. AIC a subi des rachats nets de 86 millions de dollars. Chez Brandes, les sorties nettes de fonds se chiffrent à 25 millions. Acuity (-17 millions de dollars) et Mavrix (-4 millions) sont également dans le rouge.

Bill Holland prévoit que les résultats d’octobre seront aussi désespérants que ceux de septembre. Des observateurs de l’industrie estiment que l’industrie canadienne des fonds communs pourrait afficher des ventes nettes vers la fin de la période des REER. Mais ils insistent pour dire que les sociétés de fonds devront déployer de grands efforts avant de produire des données positives.

Si les Bourses demeurent chaotiques, il est même possible que la prochaine saison des REER se solde par une autre sortie nette de fonds. Les sociétés de fonds qui disposent de moins de 5  milliards de dollars d’actifs seraient alors très vulnérables.

Loading comments, please wait.