A A A
Affaires

Formation d’une tendance en management et en finance

24 juin 2010 | William André Nadeau | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les tendances se propagent exactement comme des virus, pour la formation d’une épidémie et d’une contagion, écrit William André Nadeau, gestionnaire de portefeuille et fondateur du cabinet Orientation Finance.

Je trouve très intéressant la description d’un initiateur d’une tendance en management. Je vous invite à regarder la vidéo au complet sur www.ressourcespro.com et de lire les explications d’Annie Laforest.

« Cette vidéo amateur tournée par un participant du Sasquatch Festival de 2009, est un exemple magnifique de l’attitude d’un leader et du point de bascule. Vous remarquerez d’abord un type qui danse seul au rythme de la musique. Une seconde personne vient le rejoindre. Rien de très significatif n’est à remarquer à ce stade sauf peut-être deux hurluberlus qui s’offrent du bon temps. Mais tout à coup, un troisième type se joint à eux. Et là, c’est le point de bascule. Et la contagion survient soudainement… »

« Les idées, les tendances, les produits ou les comportements se propagent exactement comme des virus ! La meilleure façon de comprendre les mouvements de masse consiste à les concevoir comme des épidémies. Nous pouvons provoquer la contagion. Rien ne résiste à la puissance d’une masse critique lorsqu’elle atteint son point de bascule : modes vestimentaires, succès marketing, publipostage, idéologie spirituelle, société de haute technologie… pas même une révolution sociale ! »

Du management à la finance comportementale
L’exemple de cette vidéo vous montre bien l’impact de la contagion d’une tendance. Le même exemple s’applique très bien pour les marchés financiers, l’économie et la Bourse.

Quand le cours boursier d’un titre grimpe
Il y a eu des initiateurs qui ont provoqué la tendance. À moins d’une importante nouvelle, le cours a tendance à grimper graduellement au fur et à mesure que d’autres investisseurs achètent ce titre. Plus le cours grimpe plus les acheteurs se présentent par crainte de perdre une opportunité, il y a alors épidémie, jusqu’au moment où le cours grimpe plus rapidement que ne le justifient les données fondamentales sur l’entreprise. Il y a alors eu contagion avec toutes les conséquences qui suivent.

Un jour ou l’autre, le titre surévalué se corrigera. Une autre tendance se dessinera provoquée par les initiateurs du mouvement.

Les cours boursiers fluctuent quotidiennement, à l’annonce des nouvelles sur l’économie. Des initiateurs peuvent provoquer la baisse ou la hausse des Bourses, l’effet d’entrainement est planétaire.

Pour qu’une tendance soit solide en économie, il faut comptabiliser une série de statistiques économiques publiées sur une période minimale d’un mois pour vérifier si une tendance est amorcée ou si les fluctuations à court terme ont été provoquées par des feux de pailles.

L’exemple de cette vidéo vous décrit le comportement de l’effet « contagion » des investisseurs en période de panique financière, comme ce fut le cas en 2008. Le même exemple peut expliquer le comportement inverse qui a fait grimper l’indice Nasdaq à presque 6 fois sa valeur fondamentale en 2000. En période de contagion, les investisseurs se laissent emporter par ces mouvements d’émotions collectives.

En finance comportementale, nous nous intéressons aux changements mineurs progressifs qui provoquent des tendances sur les marchés financiers, afin de gérer des portefeuilles qui vont bénéficier de ces tendances. Ces observations du comportement sont importantes pour expliquer aux investisseur s’ils ont irrationnellement « embarqué » un peu trop fort dans ces mouvements de masses. Il vaut participer au début de la période du « point de bascule » et de ressortir quand un autre « point de bascule » se met en place dans l’autre direction.

Le contenu de cette chronique a été gracieusement fourni par le cabinet Orientation Finance.

Loading comments, please wait.