A A A
Crédit

Fraude financière : un outil de la SQ pour vos clients

19 avril 2010 | Sophie Stival | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

fraude1006La Sûreté du Québec (SQ) n’a pas seulement comme mission de maintenir la paix et l’ordre public. Son rôle est également de prévenir et d’enquêter sur les crimes économiques. Le site Web de la SQ regroupe une mine d’informations utiles sur les différentes formes de fraude. Un outil de référence qui peut se révéler très utile pour vous et vos clients.

Qu’elle soit commise par téléphone, sur Internet, par la poste ou à votre porte, la fraude n’épargne personne. Ni vous, ni vos clients. Les victimes ont n’importe quel âge, différents niveaux d’instruction et de revenus. La vigilance est donc de mise en tout temps.

La fraude prend souvent les formes suivantes :

  • Vol d’identité
  • Fraudes en valeurs mobilières
  • Fraudes par cartes de paiement (débit ou crédit)
  • Fraude par chèque
  • Fausse monnaie
  • Don de charité
  • Cybercriminalité

Fraudes en valeurs mobilières
Selon la SQ, la meilleure façon d’éviter la fraude en valeurs mobilières c’est la prévenir. Pour éviter des ennuis, mieux vaut :

  • détecter les signes d’une fraude potentielle en évitant les pièges
  • ne pas succomber à des promesses (de rendement) mirobolantes
  • mettre par écrit ce que l’on nous promet verbalement

Soyez vigilant si…

  • On vous promet des rendements élevés et sans risque.
  • Ce sont des inconnus qui vous offrent des placements, sans que vous en ayez fait la demande.
  • On vous assure que les actions que l’on vous propose à rabais seront bientôt inscrites à la Bourse.
  • On vous presse de faire vite pour bénéficier d’une occasion de placement « incroyable ».
  • On vous demande de garder « le secret » puisqu’on vous a choisi avec quelques autres privilégiés pour profiter d’une offre de placement fabuleuse.
  • On vous demande de signer d’avance des formulaires et des procurations.
  • On essaie de vous culpabiliser si vous hésitez à investir.

Fraudes fréquentes
Les fraudes les plus fréquentes sont les ventes pyramidales (à la Ponzi), les fraudes sur Internet (hameçonnage et vol d’identité), le télémarketing frauduleux.

Mieux vaut faire attention aux promesses telles :

  • Les paradis fiscaux : un représentant vous offre de vous aider à contourner les lois et vous incite à transférer de l’argent dans d’autres juridictions pour éviter de payer de l’impôt ou pour profiter de rendements exceptionnels.
  • Les emprunts sur les REER : on vous presse d’utiliser votre REER, sans avoir à payer de l’impôt, pour acheter des actions d’une entreprise soi-disant « admissible aux REER ». En retour, on vous promet que vous recevrez un prêt équivalant à 80 % de votre REER.

Fraude par cartes de paiement (débit ou crédit)
Selon Mastercard et Visa, près de 6 000 dossiers de fraude par cartes ou guichets ont été signalés en 2006. La fraude par cartes de paiement survient quand, sans votre consentement, quelqu’un obtient vos cartes de crédit ou de débit dans le but d’en faire une copie ou de les utiliser pour obtenir frauduleusement un bien, un service ou de l’argent, peut-on lire dans le site de la SQ.

Techniques utilisées par les fraudeurs :

  • Ils installent de l’équipement électronique aux guichets automatiques qui capte l’information de la bande magnétique de votre carte.
  • Ils installent de faux terminaux de points de vente ou en trafiquent les claviers.
  • Ils utilisent des lecteurs de bandes magnétiques portatifs.
  • Ils essaient de voir votre numéro d’identification personnel (NIP) lorsque vous le composez et volent ensuite votre carte.
  • Ils installent un dispositif qui retient votre carte dans le guichet automatique.
  • Ils utilisent votre identité pour faire des demandes de cartes de crédit frauduleuses.

Prêtez attention aux signaux suivants :

  • La forme du clavier du guichet automatique semble inhabituelle.
  • Le commis passe votre carte à plusieurs reprises dans le lecteur.
  • Un clavier semble avoir été collé sur le dessus du terminal de point de vente ou sur le guichet automatique.
  • Un créancier vous avise qu’il a reçu une demande de crédit à votre nom.
  • Vous ne recevez plus vos relevés de carte de crédit.
  • Des achats que vous n’avez pas effectués figurent sur vos relevés.

Protégé par la loi et un Code de pratique
Enfin, si vous recevez une carte de crédit dont vous n’avez pas fait la demande, vous êtes protégé par la Loi sur la protection du consommateur qui stipule que « nul ne peut émettre une carte de crédit pour un consommateur ni lui en faire parvenir une si le consommateur ne l’a pas sollicitée par écrit » (article 120).

Il existe également un Code de pratique canadien des services de cartes de débit. Ce dernier a été développé pour protéger les consommateurs qui font usage des services de carte de débit au Canada et leur reconnaît le droit d’être remboursé totalement en cas de vol de sa carte de guichet. Mais attention : le Code de pratique canadien des services de cartes de débit n’est pas une loi. C’est un code de conduite auquel s’engagent volontairement les institutions financières.

Pour consulter le site de la Sûreté du Québec, cliquez ici.

Loading comments, please wait.