A A A
Argent

Gestion directionnelle : pas efficace pour le day trading

11 mai 2011 | William André Nadeau | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

bourse_investir_425En raison des coûts des transactions et de la faiblesse des tendances, un investisseur directionnel s’attarde plus sur les périodes allant de 5 jours à 9 mois.

Pour qu’une tendance soit confirmée, il doit s’écouler un minimum de temps, sinon la tendance est trop fragile.

Un mouvement sur 5 jours d’une subite hausse ou baisse d’une valeur est un premier signe de tendance qui est, néanmoins, fragile. Si un titre baisse de plus de 10 % sur 5 jours sans reprise, ou de 5 % pour un indice boursier, c’est signe qu’il y a un événement important qui pourrait potentiellement créer d’autres baisses subséquentes.

Toutefois, la majorité de ces mouvements de courtes périodes ne se concrétise pas dans la même direction durant la période subséquente. C’est pourquoi il serait important d’agir avec prudence avec les informations sur de courtes périodes.

Un mouvement sur un mois amorce un début de tendance, mais pas il reste insuffisant pour être solide. Une période de 3 à 6 mois vient confirmer la force d’une tendance jumelée aux moyennes mobiles de 50 jours et 200 jours. Si, par exemple, le rendement moyen (moyenne mobile de l’indice S&P/TSX de 50 jours devient inférieure à sa moyenne mobile sur 200 jours, c’est un signe de vente; et le contraire est vrai).

Si, dans les 10 jours qui suivent la moyenne mobile de 50 jours se creuse avec le 200 jours,  ‘est le début d’un mouvement baissier, et il y aurait avantage à être investi en positions courtes (vente à découvert contre l’indice).

Un autre obstacle important pour le day trading est le coût de transactions, comme le mentionne un réputé trend follower (observateur de tendances), Ed Seykota. « Plus le temps est court, plus petite est la tendance, dit-il. Le profit potentiel décroît avec la fréquence des transactions ».

La gestion directionnelle n’est pas une opération à très court terme. Parfois, une tendance est solide et peut durer des mois et des années. L’exemple de la hausse fulgurante de l’or a débuté à l’été 2008. La hausse vertigineuse des actions d’Apple et Google a débuté il y a de nombreuses années.

La hausse de 2007 jusqu’au milieu 2008 du prix du pétrole, la baisse importante qui a suivi et de nouveau la hausse amorcée à partir de 2009 sont des exemples multiples de la durée des tendances appliquées sur des actions ou des contrats à terme. Un investisseur directionnel achète encore plus, lorsqu’une tendance est renforcée, et il délaisse graduellement en cas de faiblesse, quitte à acheter à découvert quand la tendance sur le prix de ces valeurs décroît fortement avec confirmation d’une période suffisante de baisse.

Le contenu de cette chronique a été gracieusement fourni par le cabinet Orientation Finance.

Loading comments, please wait.