A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Dividendes ou obligations?

24 janvier 2013 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les obligations gouvernementales ne jouent plus leur rôle aujourd’hui, mais si vous cherchez un nouveau revenu sécuritaire, ne vous précipitez pas sur les actions à dividendes. Pensez aussi aux obligations de société, recommande John Braive, vice-président du conseil, Gestion globale d’actifs CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« Lorsqu’on analyse une obligation, il faut considérer son rendement à la date de commencement. En 1981, un titre à long terme du gouvernement donnait 18 %. Ça a baissé année après année, jusqu’à 2,5 % aujourd’hui. Par définition, il est impossible de faire de l’argent à 2,5 % », affirme l’expert.

Face à cette situation, les investisseurs sont tentés de chercher un revenu dans les actions à dividende. Cependant, l’histoire a montré que le vent peut tourner, rappelle John Braive.

« En 2001, quand le marché était en pleine bulle technologique, les dividendes des actions étaient sous 1 %. Historiquement, c’est plutôt autour de 4 %. On faisait donc face aux plus bas dividendes jamais vus, à un prix très élevé avec un ratio cours-bénéfice tout aussi élevé. C’étaient les actions les plus chères de tous les temps. »

Sa solution de compromis : les obligations de sociétés. « Vous aurez des rendements plus élevés de 1,5 % par rapport aux obligations gouvernementales, et de 5,5 % dans le cas des titres à haut risque (junk bonds) », dit-il.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000