A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Lendemain de veille au pays du Soleil levant

17 janvier 2013 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Méfiez-vous du yen, car le Japon n’a toujours pas fini de se remettre de ses problèmes, prévient Luc de la Durantaye, premier vice-président, répartition de l’actif et gestion des devises chez Gestion globale d’actifs CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« Le tsunami et le tremblement de terre survenus au Japon en 2011 n’ont fait qu’ajouter à une détérioration économique qui se prolonge encore aujourd’hui », commente M. de la Durantaye.

Cette situation génère des « pressions internes » qui ont précipité la chute du Parti démocrate au pouvoir depuis 2009, en faveur du Parti libéral-démocrate, lors d’élections le mois dernier. Mais le nouveau gouvernement doit faire face aux mêmes problèmes de fond, explique l’expert.

« Quand le Japon a fermé ses centrales nucléaires suite aux catastrophes, il a dû importer beaucoup d’énergie à un coût supérieur. Cela a pesé dans sa balance commerciale », dit Luc de la Durantaye.

« En parallèle, le Japon souffre toujours de la crise financière de 2008, où il a perdu la guerre des devises. Le yen était l’une des devises les plus appréciées, c’est maintenant l’une des plus surévaluées. Cela aussi a contribué au déficit de la balance commerciale, et au marasme économique. »

« Nous estimons à 30 % la surévaluation du yen. Par conséquent, tout investisseur international qui y est exposé court un risque en ce moment. Cependant, cette dépréciation profite à certains titres japonais qui peuvent présenter une belle opportunité si vous pouvez couvrir la devise. »

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000