A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Obama est bon pour les obligations

4 décembre 2012 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


La réélection d’Obama a rassuré les marchés obligataires, mais ses tractations budgétaires avec le Congrès risquent de faire traîner la croissance, analyse John Braive, vice-président du conseil de Gestion globale d’actifs CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« Romney et les Républicains avaient promis de remplacer Ben Bernanke à la tête de la Fed. Avec Obama, il va poursuivre son mandat et maintenir l’orientation monétaire qu’il a prise il y a quatre ans quand la crise économique a commencé. »

Résultat : les taux d’intérêt vont plafonner encore un moment entre 0 et 0,25 % sur les obligations gouvernementales à court terme, ce qui va « ancrer la courbe » des autres titres, selon John Braive.

« Si les taux à court terme sont bas et stables, ça ne laisse pas beaucoup de place pour déplacer les taux à long terme au-delà de l’échelle de variation qu’ils ont connue ces dernières années. Nous avons donc une belle visibilité sur ce qui nous attend jusqu’à la fin 2013. »

Autre inquiétude envolée avec l’échec de Romney : la Fed va sûrement renouveler ses programmes d’achat de bons du trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires. « Ces programmes permettent de soutenir le marché obligataire et le secteur immobilier », rappelle John Braive.

Selon l’expert, l’incertitude réside à présent dans les tractations difficiles entre le Président et la Chambre des représentants, à majorité républicaine. « Quels compromis peuvent-ils trouver concernant le budget? Cette question inquiète les entreprises, qui préfèrent attendre avant d’investir des capitaux ou d’engager des employés. Le miracle serait que le Congrès s’unisse autour d’un budget magnifique qui coupe les dépenses, augmente les impôts et s’attaque au déficit. »

Loading comments, please wait.