A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – REER 101, les règles de base

31 janvier 2013 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Quiconque ne suit pas les règles d’or du REER s’expose à des impôts supplémentaires, rappelle Hélène Marquis, directrice régionale du service consultatif de gestion de patrimoine chez Gestion privée de portefeuille CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« Le REER est un outil de retraite en premier lieu. Il est réservé aux résidents canadiens selon les droits de cotisation établis annuellement. Ceux-ci correspondent à 18 % du revenu gagné avec un plafond de 22 970 $ en 2012, porté à 23 820 $ en 2013. »

Mais toutes les sources d’argent ne sont pas considérées comme un revenu, rappelle Mme Marquis.

« Les revenus admissibles sont défini par la Loi. Il peut s’agir d’un salaire ou d’un loyer, par exemple, mais pas d’un revenu de de placement. »

Attention aussi aux prestations socio-fiscales, telles que des allocations : elles peuvent être récupérées par l’impôt si le revenu net familial excède un certain seuil. La cotisation au REER permet d’écarter ce risque en réduisant le revenu imposable.

À l’âge d’or, les règles changent. « Une personne qui atteint 71 ans ne peut plus cotiser sauf si elle a un conjoint plus jeune. À 72 ans, elle devra transférer le régime dans un Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou dans une rente », explique Hélène Marquis.

« Avant cela, tous les retraits sont imposables à 100 %. Une des grandes erreurs que les gens font, c’est de retirer dans leur REER pour faire un voyage ou des rénovations, perdant ainsi leur avantage fiscal. Si on suit pas les règles, on paye de l’impôt! »

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000