A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Brexitera, brexitera pas?

24 mai 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Angleterre_Grande_Bretagne_Royaume_Uni_Britannique_425« Brexitera » ou « brexitera » pas? Le Royaume-Uni tiendra le 23 juin un referendum sur son avenir au sein de l’Union Européenne. La possibilité d’une séparation inquiète les investisseurs, ce qui tire vers le bas des titres de haute valeur. Ceux qui n’y croient pas devraient donc saisir l’aubaine, indique Chip McKinley, gestionnaire de portefeuille chez Cohen & Steers à New York.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« L’économie britannique repose sur des bases solides, sa croissance se poursuit même si elle a décéléré. Dans le marché immobilier, les fondamentaux sont encore robustes. Cependant, la confiance des investisseurs a été minée ces derniers mois à cause de la possibilité d’un vote de sortie de l’Union Européenne », explique Chip McKinley.

« Ce serait un événement très négatif pour les marchés financiers, l’économie et la devise britanniques. La seule probabilité qu’il survienne a déjà été nocive pour la valeur des titres et pour la livre. Mais nous ne croyons pas que cela va se produire. »

Sa certitude établie, l’expert recommande de saisir les bonnes occasions, notamment dans l’immobilier.

« C’est un moment unique pour s’exposer à ce marché qui est très solide, mais où la valeur des titres est anormalement basse en raison d’un risque négligeable », tranche-t-il.

Chip McKinley nomme deux titres immobiliers britanniques en particulier. Le premier est Emerson, propriétaire et promoteur de centres commerciaux de haute qualité dans la région métropolitaine de Londres. L’autre est Segro, propriétaire et promoteur d’espaces de logistique et d’entreposage partout au Royaume-Uni et un peu en Europe de l’Ouest.

« Ces titres sont offerts avec un très bon rabais par rapport à leur juste valeur. Ils sont soutenus par d’excellentes liquidités et perspectives de croissance, mais ils ont été mis à mal par la peur du Brexit. »

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques