A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Haussera, haussera pas? L’attente se poursuit à la Fed

3 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Lors de sa réunion de politique monétaire mercredi dernier, la banque centrale américaine a laissé ses taux directeurs inchangés pour diverses raisons. Mais elle a fermement laissé entendre qu’elle pourrait les augmenter le mois prochain, pense Jeffrey Waldman, premier vice-président, revenu fixe à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

Plusieurs constats ont été faits par la Fed lors de sa réunion, récapitule M. Waldman. D’abord, elle considère que l’économie américaine affiche une bonne croissance, notamment du côté des dépenses des ménages et des investissments des entreprises, bien que l’emploi ralentit par ailleurs. Dans ce contexte, les États-Unis seront moins affectés par l’évolution de la croissance mondiale.

« Mais ce qui est plus important que les déclarations officielles, c’est le signal envoyé par la Fed concernant une hausse possible des taux directeurs en décembre », dit l’expert.

L’entente budgétaire survenue vendredi au Congrès américain, après plusieurs semaines d’appréhension, ouvre la voie à des décisions stratégiques pour la politique monétaire du pays. Mais la Fed rappelle que l’emploi, l’inflation et les conditions financières internationales devront continuer à s’améliorer avant que l’on assiste à une hausse des taux.

« Cela dit, la Fed est reconnue pour ses cibles changeantes ces dernières années. Après la crise financière, ils ont dit qu’ils attendraient que le chômage baisse à 7 % avant de hausser les taux. Puis ils ont abaissé leur cible. Puis la nouvelle directrice Janet Yellen est arrivée et a encore modifié les critères attendus pour toucher aux taux », rappelle Jeffrey Waldman.

L’élection présidentielle à venir pourrait-elle faire hésiter la Fed à nouveau? « Cela ne devrait pas l’affecter, si on en croit les derniers cycles de resserrement. Depuis 1983, quatre sur cinq ont eu lieu ou se sont poursuivis durant une année d’élection. Le marché ne semble pas inquiété, puisque les contrats à terme affichent des prix pour 2016 basés sur deux hausses de 25 points de base. C’est une prévision raisonnable selon nous », conclut l’expert.

Loading comments, please wait.