A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – L’art d’anticiper les réductions de dividendes

29 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Même quand tout semble bien aller, certains signes peuvent laisser entrevoir une réduction de dividendes, explique Andrew Zimcik, spécialiste de produit chez Connor, Clark et Lunn à Toronto.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« Il faut prendre le temps de bien analyser les éléments fondamentaux de chaque entreprise, afin d’évaluer la résilience de ses liquidités », dit Andrew Zimcik.

Selon l’expert, les paiements de dividendes sont en effet intrinsèquement liés à la capacité de l’entreprise de générer des liquidités au gré des cycles d’affaires.

« Bien sûr, nous regardons les états financiers de l’entreprise pour nous assurer qu’ils sont solides. Mais nous établissons aussi nos propres estimations du ratio de paiement, c’est-à-dire la somme versée sous forme de dividendes par rapport aux liquidités générées au cours d’un trimestre », explique Andrew Zimcik.

Le secteur de l’énergie a connu de nombreuses réductions de dividendes cette année, mais on trouve aussi des exemples dans d’autres industries.

M. Zimcik cite le cas de la Canadienne Major Drilling, qui vend des services de forage à des compagnies minières. Son dividende a fondu de 80 % en mars dernier.

« Du point de vue financier, l’entreprise est en très bonne santé, avec des liquidités supérieures à son endettement. En outre, son équipe de direction est très compétente. Mais l’industrie du forage a rétréci de moitié depuis son pic de 22 milliards de dollars en 2012, et cela se ressent dans le taux d’utilisation des équipements de Major Drilling », dit Andrew Zimcik.

Alors que ce taux monte généralement jusqu’à 80 %, il plafonnait à 35 % avant la réduction de dividendes survenue en mars.

« C’était la bonne décision à prendre de leur point de vue, pour la santé à long terme de l’entreprise. Mais nous sommes contents d’avoir évité d’acheter leurs actions! »

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques