A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Le point sur l’économie mondiale

14 août 2013 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Aujourd’hui, nous embarquons pour un petit tour du monde de l’économie mondiale avec Benjamin Tal, économiste en chef adjoint de Marchés mondiaux CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

D’abord, l’Asie : « Le Japon est un endroit très risqué pour investir. Cela fait dix ans qu’ils essaient de stimuler l’inflation sans succès. La seule façon de jouer japonais est d’investir dans les grandes entreprises qui exportent mondialement, surtout dans les marchés émergents. Elles vont bien performer grâce au faible cours du yen et au bas coût de la main-d’œuvre », estime l’expert.

« La Chine de demain sera un endroit très différent, dominé par les consommateurs plutôt que par les exportations ou les infrastructures. La croissance ne sera plus de 10 à 15 % par an mais plutôt autour de 7-8 %. Cela va influencer les autres tigres. Les marchés émergents vont bien se porter après leur réajustement de 2013. »

C’est l’Amérique latine qui intéresse le plus Benjamin Tal, qui y voit de « bons facteurs fondamentaux » à l’œuvre. « Le Brésil et le Mexique ont un profil démographique qui va les aider à exceller durant les cinq prochaines années », juge-t-il.

En revanche, les obligations trouvent peu de grâce à ses yeux. « Elles sont chères, et leur trajectoire est très claire : les taux d’intérêt à long terme vont monter d’ici un an ou deux, parce que la Fed freine ses politiques d’assouplissement quantitatif. On va voir une évolution en zigzag à mesure que le marché obligataire se corrige. Pendant ce temps, beaucoup d’argent est transféré au marché des actions, et même si celui-ci est nerveux face à l’économie américaine, il faut voir au-delà », explique Benjamin Tal.

Ses secteurs d’actions préférés : la santé, « très prometteuse en termes de valeur », et les fabricants de haute technologie, qui vont « continuer à surperformer et vont s’orienter vers les consommateurs chinois, brésiliens et mexicains. »

Loading comments, please wait.