A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Les obligations de sociétés vont bien, merci

27 novembre 2014 | Patrick O'Toole | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’épisode de volatilité actuel n’empêchera pas les obligations de sociétés de continuer à offrir de beaux rendements dans la prochaine année, selon Patrick O’Toole, vice-président, titres à revenus fixes mondiaux à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« Nous avions prévu que les obligations à haut rendement offriraient la meilleure performance cette année parmi les titres à revenu fixe canadiens, et c’est ce qui s’est passé », se félicite l’expert.

De fait, ces titres ont offert environ 6,5 % de rendement jusqu’ici en 2014, contre environ 4 % pour leurs équivalents américains, une fois couverts en dollars canadiens. Pour Patrick O’Toole, c’est donc « mission accomplie ».

« En revanche, on a assisté à des variations dans la volatilité. L’écart des obligations à haut rendement est passé de 330 en juin à 500 en octobre, puis autour de 400. Mais la réaction du marché a été favorable jusqu’ici. »

Selon Patrick O’Toole, la volatilité est en partie due aux FNB et aux fonds spéculatifs – « l’argent rapide » selon son expression. Mais ce n’est pas la première fois qu’on assiste à de tels épisodes, et il n’y a pas lieu de s’en inquiéter, pense-t-il.

« Au bout du compte, les obligations à haut rendement ont bien performé et elles vont continuer à le faire en 2015 », conclut Patrick O’Toole.

L’expert a une pensée pour les investisseurs plus prudents qui n’apprécient pas le risque inhérent à ces titres.

« Les obligations de catégorie investissement offrent un bon rendement en même temps que la sécurité : on parle d’environ 1 % de plus que les obligations du gouvernement, qui tournent autour de 2 %. L’avenir est prometteur car l’économie américaine progresse et le Canada tend à la suivre. De plus, les entreprises ont un niveau d’endettement très sain des deux côtés de la frontière », dit Patrick O’Toole.

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques