A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Les signes d’un titre de qualité

24 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Investir dans une croissance de qualité, à un prix raisonnable : telle est la recette bien connue du succès d’un investissement à long terme. Mais encore faut-il bien définir ces termes, explique Craig Jerusalim, gestionnaire de portefeuille pour Gestion d’actifs CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

Selon l’expert, cinq qualités sont à rechercher :

1. Des marges à la fois élevées et durables : « Il ne suffit pas d’avoir de bonnes marges, il faut aussi un avantage concurrentiel qui empêchera les concurrents d’arriver sur le marché et de gruger les marges », dit Craig Jerusalim.

2. Un faible endettement : « Avec des états financiers solides, l’entreprise a la souplesse nécessaire pour traverser les périodes difficiles dans le marché, sans être obligée de faire des choses qu’elle ne veut pas faire, comme d’émettre des actions au mauvais moment. Également, elle a le pouvoir de profiter de manière opportuniste des difficultés de ses concurrentes. »

3. Une grande stabilité : « J’aime les entreprises qui présentent des revenus récurrents sur une période étendue, comme les banques ou les opérateurs de télécommunications », dit M. Jerusalim.

4. Une équipe de direction forte : « Les dirigeants doivent avoir un historique de réussite et de création de valeurs pour les actionnaires. J’apprécie le style “Promettez peu, livrez beaucoup”. »

5. Des produits d’exploitation en croissance : « La hausse du chiffre d’affaires brut se traduit par une croissance des profits, et ultimement des liquidités disponibles. Cela permet à l’entreprise d’effectuer des acquisitions créatives, des rachats d’actions, ou des hausses de dividendes. Les titres qui augmentent leurs dividendes au fil du temps tendent à dépasser les attentes. »

DEUX EXEMPLES

Craig Jerusalim cite en exemple deux entreprises qui satisfont ces critères, et dont le siège social est à Montréal.

Tout d’abord, le Canadien National. « Son réseau en T va d’un océan à l’autre et jusqu’au cœur des États-Unis. Sa position financière est forte, avec les plus bas coefficients d’exploitation en Amérique du Nord. Et son équipe de direction a démontré sa capacité à créer de la valeur pour les actionnaires », dit l’expert.

Ensuite, les Vêtements de Sport Gildan Inc. (Gildan Activewear). « Pendant plusieurs années, ils ont dépensé des centaines de millions pour réduire leurs coûts et accroître leurs marges. Aujourd’hui, cela leur donne un avantage important en matière de prix », résume-t-il.

« Leurs concurrents comme Hanes ou Fruit of the Loom devraient eux aussi investir des centaines de millions sur plusieurs années s’ils veulent atteindre la même position, or ils n’en ont pas les moyens. Dès l’année prochaine, Gildan aura suffisamment de trésoreries pour augmenter ses dividendes ou effectuer des acquisitions opportunistes si l’occasion se présente. C’est la position idéale selon moi. »

Loading comments, please wait.