A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Pessimisme 101 : quel pire scénario pour les investisseurs? (EN FRANÇAIS)

19 avril 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

deception_decouragement_travail_stress_employe_425Dans le contexte actuel, il est bon de garder à l’esprit la possibilité d’un scénario pessimiste, et de se préparer en conséquence, pense Luc de la Durantaye, directeur général, répartition de l’actif et gestion des devises à Gestion d’actifs CIBC.

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

«Le pire scénario serait de voir diminuer l’efficacité des banques centrales et leur capacité à contrecarrer les chocs de l’économie mondiale. La probabilité de ce scénario augmente à mesure qu’elles épuisent les outils à leur disposition», pense Luc de la Durantaye.

«Dans ce contexte, les devises les plus sûres comme le dollar américain ou le yen japonais pourraient performer ; les obligations de ces pays deviendraient alors des valeurs-refuges», entrevoit-il.

«Mais les taux d’intérêt tendent à la baisse de par le monde, car les banques centrales sont nombreuses à tenter de dévaluer leur devise. Il n’en reste qu’une qui ne puisse être dévaluée : l’or. Il pourrait donc être intéressant de se protéger avec l’or, ou les réserves d’or étayées par de bonnes conditions financières», poursuit M. de la Durantaye.

Il se pourrait même que les valeurs tangibles deviennent plus rentables que les valeurs mobilières, pense l’expert.

«Les investisseurs devraient également se tourner vers des valeurs tangibles comme l’immobilier, qui pourrait surperformer par rapport à de nombreuses actions, peut-être pas avec un rendement positif mais en tout cas de façon relative. Les secteurs à éviter le plus seront les matières premières et les services financiers.»

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques