A A A
Podcast

Gestionnaires en direct – Un peu d’espoir pour les obligations et les FPI

11 février 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les obligations et les FPI ont partagé un point commun en 2013 : des rendements négatifs. Cela fait de certains d’entre eux d’excellentes occasions de placement, pense Barry Morrison, président de Aston Hill Institutional Partners, à Toronto.

« Ces titres ont souffert de la volatilité des attentes concernant les taux d’intérêt. À un moment donné, on parlait d’une hausse, et finalement ils sont plus bas qu’ils ne l’étaient en septembre! »

Le problème du marché obligataire est bien sûr la faiblesse historique de ses rendements. « Même si les taux ne bougent pas, vous serez chanceux si vous faites plus que 2 %, surtout si vous achetez vos obligations à travers un fonds commun de placement », dit Barry Morrison.

Seules étoiles dans la grisaille ambiante : les obligations à haut risque. Selon l’expert, ceuxi-ci peuvent offrir un rendement moyen de 9,25 % avec une échéance à court terme.

Quant aux FPI, leur « correction » a rendu très attrayants les mieux gérés d’ente eux, pense Barry Morrison. « Les marchés ont réagi démesurément face aux FPI, et c’est le moment d’en profiter car certains vont continuer de croître et d’augmenter leurs dividendes. »

Mais la démesure est dans la nature des marchés, rappelle l’expert. « Les marchés penchent toujours trop fort d’un côté ou de l’autre. Regardez les actions ; le marché américain a dépassé les 30 % en 2013, mais l’économie du pays n’a pas connu une telle croissance! Une correction finit toujours par survenir… »

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques