A A A

Ghislain Morin dénonce l’AMF

22 juin 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Ex-administrateur de la société abitibienne Ressources Allican, Ghislain Morin a été acquitté le 12 juin dernier de la poursuite pour délit d’initié intentée contre lui par l’Autorité des marchés financiers(AMF) à la fin de 2005. En effet, le tribunal a jugé non fondée la poursuite intentée par l’AMF, qui réclamait plus de 52 000 $ à titre de compensation.
 
« Une enquête menée avec un minimum de rigueur aurait clarifié rapidement la séquence des événements et nous aurions évité 18 mois d’une poursuite pénale qui n’avait pas de raison d’être », a indiqué Ghislain Morin, qui a du démissionner de son poste d’administrateur à la suite de ces accusations.

Ghislain Morin déplore la politique de « deux poids, deux mesures » qu’a adoptée l’AMF à son endroit. Il rappelle que, en décembre 2005, l’organisme s’était empressé d’émettre un communiqué pour porter sa démarche à l’attention des médias. Jean St-Gelais avait alors souligné que cette poursuite était une « première ». Or, maintenant que le non-fondé de la poursuite a été démontré, l’AMF n’a pas jugé bon de rétablir les faits, et ce, malgré la demande de l’avocat de Ghislain Morin.

Lorsqu’il siégeait au conseil de Ressources Allican, Ghislain Morin a été accusé à tort de délit d’initié à la suite de la vente d’une partie des actions qu’il détenait dans l’entreprise. L’AMF soutenait que, en mars 2004, Ghislain Morin a profité indûment d’informations privilégiées relatives à la cessation des opérations de l’entreprise. « L’enquête qui a traîné en longueur sur quelque 18 mois a finalement permis de confirmer que la séance du conseil d’administration avait plutôt eu lieu le 22 mars, soit près de trois semaines après la transaction mise en cause », précise Ghislain Morin.

Il n’a pas indiqué s’il réclamera des dommages de la part de l’AMF.

Loading comments, please wait.