A A A
Assurance

Hausse des bénéfices pour Desjardins Sécurité financière

25 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Au terme des neuf premiers mois de l’année, Desjardins Sécurité financière (DSF) enregistre un résultat net qui s’élève à 301,3 M$, comparativement à 239,4 M$ pour la même période en 2014, a annoncé hier la compagnie.

La filiale du Mouvement Desjardins spécialisée en assurance vie, en assurance maladie et en épargne-retraite indique également que les primes brutes d’assurance connaissent une croissance et atteignent 2 915,8 M$, dont 102,3 sont générés par les activités canadiennes acquises de State Farm.

AMÉLIORATION DE L’EXPÉRIENCE TECHNIQUE

Il s’agit d’une hausse de 218,6 M$ (+8,1 %) par rapport à l’an dernier. À noter que la contribution des activités de State Farm au résultat net à la fin du trimestre écoulé représente 41,3 millions.

« L’amélioration de l’expérience technique de certains produits, notamment en assurance et en épargne pour les particuliers, ainsi que certaines occasions de placement plus favorables, ont contribué à ces bons résultats », explique DSF dans un communiqué.

Toujours pour les neuf premiers mois de 2015, les ventes d’assurance totalisent 342,1 M$, contre 365,5 M$ l’an dernier. Les ventes nettes d’épargne, elles, s’élèvent à 642,2 M$ (473,1 M$ en 2014).

UN ACTIF SOUS GESTION DE 45,1 G$

De son côté, le taux de rendement des capitaux propres revenant à l’actionnaire se chiffre à 15,5 % (14,8 % en 2014), tandis que l’actif sous gestion et administration est aujourd’hui de 45,1 G$ (+11,9 %).

« Malgré la pression exercée par les marchés au cours de l’exercice, notre bénéfice net a connu une croissance significative. Nous connaissons également une progression des primes brutes, soutenue par les activités de State Farm qui représentent plus de 45 % de l’augmentation pour le trimestre », précise dans le communiqué Denis Berthiaume, président et chef de l’exploitation de DSF.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques