A A A
Établissements

Huit grandes banques américaines devront regarnir leurs coffres

22 juillet 2015 | La Presse Canadienne | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les autorités réglementaires fédérales américaines ont demandé aux huit plus grandes banques du pays de conserver davantage de liquidités que ne l’exigent les règles de l’industrie pour se protéger des pertes inattendues et ainsi réduire la probabilité de devoir éventuellement faire appel à des bouées de sauvetage financées par les contribuables.

En vertu de la décision de la Réserve fédérale des États-Unis, annoncée lundi, les huit banques devront ensemble ajouter environ 200 G $US à leurs bases financières. Ces exigences visent en outre à encourager les mégabanques de Wall Street à réduire leur taille afin d’atténuer le risque qu’elles posent au système financier.

Les banques visées comprennent JPMorgan Chase, Citigroup et Bank of America.

EN VIGUEUR D’ICI 4 ANS

La plupart des banques ont déjà mis les sommes additionnelles de côté. JPMorgan est la seule qui ne respecte pas déjà les nouvelles exigences, qui seront introduites de façon progressive de 2016 à 2018 et ne seront complètement en vigueur qu’à compter du 1er janvier 2019. JPMorgan accuse actuellement un retard de 12,5 G $US, selon des responsables de la Fed.

Lors d’une rencontre publique, les gouverneurs de la Réserve fédérale ont voté à l’unanimité en faveur de l’imposition des soi-disant « surcharges de capital » aux huit institutions.

L’IMPORTANCE DES MARCHÉS DE FINANCEMENT À COURT TERME

Les exigences en capital supplémentaire augmenteront de façon proportionnelle avec le niveau de risque de la banque tel que perçu par les autorités réglementaires. Un des facteurs de risque clés sera l’importance que la banque accorde aux marchés de financement à court terme pour emprunter aux autres banques. Ces marchés ont été paralysés lors de la crise financière de 2008.

Rappelons que le gouvernement est intervenu au cours de la crise en allongeant des centaines de milliards de dollars en fonds de sauvetage pour les grandes banques de Wall Street, ainsi que pour des centaines de plus petites banques américaines.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques