A A A
Immobilier

Il y a eu plus de mises en chantier que prévu en juin

17 juillet 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La tendance des nouvelles mises en chantier s’est accélérée en juin au Québec et dans l’ensemble du Canada, surpassant les attentes et prenant à rebours la récente série de données économiques décevantes au pays, rapporte La Presse canadienne.

Selon les plus récentes données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le nombre de mises en chantier d’habitations a été de 202 818 le mois dernier, sur une base annualisée, comparativement à 196 981 en mai.

Les économistes s’attendaient plutôt à voir ce nombre reculer à 190 000, si l’on en croit les prévisions de Thomson Reuters.

HAUSSE AU QUÉBEC ET À MONTRÉAL

Les mises en chantier en milieu urbain ont également été plus nombreuses en Colombie-Britannique, dans les Prairies et dans les provinces atlantiques. En revanche, elles ont diminué en Ontario.

D’après la SCHL, le nombre d’unités commencées en juin a progressé de 3,7 % dans le segment des logements collectifs et de 2 % dans celui des maisons individuelles.

Toujours en juin, le nombre de nouveaux chantiers au Québec s’est élevé à 38 540, en hausse par rapport à celui de 30 279 enregistré au mois de mai. Enfin, à Montréal, il a grimpé à 25 197, soit une forte augmentation par rapport aux 15 153 chantiers enregistrés le mois précédent.

« RAYON DE SOLEIL DU 2e TRIMESTRE »

« Au beau milieu d’une série d’indicateurs économiques plus faibles que prévu, l’activité du secteur de l’habitation s’avère le rayon de soleil du deuxième trimestre de 2015, offrant un certain répit à ce qui est en voie de devenir un environnement économique autrement décevant », a commenté Laura Cooper, économiste à la Banque Royale.

Parmi les données décevantes des dernières semaines se trouve notamment la contraction de l’activité économique au mois d’avril, laquelle a achevé de convaincre certains experts que le Canada était tombé en récession pendant la première moitié de l’année.

Plusieurs observateurs s’attendent désormais à ce que la Banque centrale abaisse son taux directeur ce mercredi, en plus de réviser à la baisse ses prévisions économiques pour l’année dans son Rapport sur la politique monétaire.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques