A A A
Économie

Immobilier : c’est le temps d’acheter aux États-Unis

24 avril 2012 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Vos clients ont l’intention d’acheter un condo en Floride? Une fermette dans le Vermont? Ils devraient profiter de la situation actuelle pour mettre leur projet à exécution, estime la Direction des études économiques de BMO.

En effet, « les statistiques les plus récentes indiquent que l’attentisme pourrait être terminé dans les régions ayant un faible taux de saisie, car l’amélioration des conditions est sur le point d’établir un plancher de prix dans certains États cette année ».

En clair, il faut bénéficier des aubaines pendant qu’il y en a encore. Les prix pourraient se mettre à grimper, la demande de maisons étant soutenue par le raffermissement de la croissance de l’emploi et des logements plus abordables.

Selon BMO, près de 2 Canadiens sur 10 (16 %) envisagent l’achat d’une maison aux États-Unis. La moitié (56 %) le ferait pour acquérir une résidence secondaire ou de vacances, tandis que 44 % citent le caractère abordable des logements et un tiers leur attrait comme investissement à long terme (29 %).

Bien qu’elles soient inférieures de 8 % à leur moyenne sur les deux dernières décennies, les ventes de maisons unifamiliales ont été en hausse de 6 % au 1er trimestre par rapport à l’année précédente. L’amélioration de l’économie pourrait donner plus de souffle à cette tendance.

« Avec des taux hypothécaires plus bas que jamais et des prix de revente en baisse de 34 % par rapport au sommet, il suffit de 12 % du revenu familial médian brut pour financer l’achat d’une maison typique. C’est près de la moitié de la norme à long terme », constate BMO.

En fait, dans de nombreuses régions, il en coûte moins cher d’être propriétaire que d’être locataire.

Vos clients intéressés à acheter un immeuble  chez nos voisins du Sud devraient envisager de s’associer à une institution financière canadienne ayant des succursales aux États-Unis, conseille BMO. « Le fait d’avoir un partenaire canadien permet de comprendre les différences entre le financement au Canada et aux États-Unis, pour ainsi gagner beaucoup de temps et s’éviter des maux de tête pendant le processus d’achat d’une maison », conclut BMO.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000