A A A
Immobilier

Immobilier : le marché montréalais poursuit sur sa lancée

8 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de Montréal a connu son mois d’août le plus actif en quatre ans, selon les statistiques publiées vendredi par la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

Quelque 2 408 ventes ont été conclues sur le marché résidentiel du Grand Montréal le mois dernier, soit une augmentation de 8 % par rapport à août 2014. Il s’agit d’une sixième augmentation mensuelle consécutive.

Le secteur de Laval s’est particulièrement démarqué, affichant une croissance du nombre de transactions de 18 % par rapport à la même date l’année dernière. La Rive-Nord, l’île de Montréal et la Rive-Sud ont également connu des hausses d’activité respectives de 13 %, 10 % et 1 %. Seul le secteur de Vaudreuil-Soulanges a enregistré un repli (-7 %) du nombre de ventes comparativement à août 2014.

LES CONDOS DE RETOUR EN FORCE

Après une baisse en juillet, les ventes de copropriétés ont repris le chemin de la croissance avec un gain de 5 % le mois dernier. Le prix médian a également enregistré une hausse de 4 % pour s’établir à 240 000 $.

« La robustesse des prix des copropriétés se maintient, en dépit d’un marché légèrement à l’avantage des acheteurs », remarque François Bissonnette, président du conseil d’administration de la CIGM. « Dans l’ensemble de la région métropolitaine, au cumul des huit premiers mois de l’année, le prix médian des copropriétés est en hausse de 4 % par rapport à la même période l’année dernière. »

Ce sont toutefois les ventes de plex (2 à 5 logements) qui ont le plus progressé dans l’ensemble de la région montréalaise (20 %). Leur prix médian se situe à 456 000 $, en progression de 5 % par rapport à l’année dernière.

Les transactions de maisons unifamiliales se sont pour leur part appréciées de 8 %. Ce type de propriété s’est négocié à un prix médian de 290 000 $, soit 2 % de plus qu’en août 2014.

Par ailleurs, la hausse du nombre de propriétés à vendre n’a été que de 1 % en août, soit la plus faible augmentation du nombre d’inscriptions en vigueur en plus de quatre ans dans la région montréalaise.

La rédaction vous recommande : 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques