A A A
Immobilier

Immobilier : le ralentissement s’est poursuivi au 2e trimestre

15 juillet 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Au deuxième trimestre, 21 879 ventes résidentielles ont été réalisées au Québec, soit une baisse de 5 % par rapport à la même période l’an dernier, indique la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) et d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Il s’agit de la troisième baisse trimestrielle consécutive dans ce secteur et de la septième sur les huit derniers trimestres.

Alors que les ventes de copropriétés (4 586 transactions) n’ont diminué que de 3 % pour la période d’avril à juin 2014, celles de maisons unifamiliales (15 416 transactions) et de plex (1770 transactions) ont enregistré des replis plus marqués, soit de 5 % et de 7 % respectivement.

Cinq des six régions métropolitaines de recensement (RMR) de la province ont connu une baisse d’activité durant cette période.

Les reculs les plus marqués ont été observés du côté des RMR de Gatineau (-18 %) et de Saguenay (-15 %), tandis qu’ils ont été plus modérés dans les RMR de Sherbrooke (-7 %) et de Montréal (-5 %).

Le prix des unifamiliales en légère hausse

La région de Québec, elle, a été peu touchée par le ralentissement, enregistrant un repli des ventes de seulement 1 % par rapport au deuxième trimestre de 2013.

À contre-courant de la tendance provinciale, la RMR de Trois-Rivières a été la seule à enregistrer une croissance des ventes, avec 17 % de transactions supplémentaires.

Parmi les plus petits centres urbains de la province, les agglomérations de Sept-Îles (+35 %), de Rouyn-Noranda (+24 %), de Shawinigan (+19 %) et de Val-d’Or (+15 %) ont également déjoué la tendance baissière en enregistrant les hausses de ventes les plus importantes.

Toujours au deuxième trimestre, le prix médian des maisons unifamiliales au Québec s’est fixé à 231 500 dollars, soit une timide augmentation de 1 % par rapport à celui observé à la même période l’an dernier.

La FCIQ regroupe les 12 chambres immobilières de la province, de même que près de 14 000 courtiers immobiliers qui en sont membres.

À Montréal, la tendance reste à la baisse

Au cours du deuxième trimestre, la RMR de Montréal a enregistré 11 461 ventes résidentielles, ce qui représente une diminution de 5 % par rapport à la même période en 2013. C’est la troisième baisse trimestrielle consécutive des ventes résidentielles dans cette région.

Selon la Chambre immobilière du Grand Montréal, le ralentissement de l’activité a touché toutes les catégories de propriétés.

Repli dans toutes les catégories

Ainsi, les ventes de maisons unifamiliales (6 845 transactions) ont connu un repli de 5 %, celles de copropriétés (3 571 transactions) une diminution de 3 % et celles de plex (1 034 transactions) une baisse de 10 % comparativement à la même période l’an dernier.

De leur côté, les prix médians des unifamiliales (+1 %) et des plex (+2 %), dont les conditions de marché sont équilibrées, ont connu des progressions modérées pour s’établir à 285 000 dollars et 437 500 dollars, respectivement.

Le prix médian des copropriétés, dont les conditions du marché continuent de favoriser les acheteurs, s’est quant à lui fixé à 228 000 dollars, soit un chiffre stable par rapport à la période d’avril à juin 2013.


Loading comments, please wait.