A A A
Immobilier

Immobilier québécois : la demande reprendra en 2015-2016

19 novembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) prévoit « une relance graduelle de la croissance économique du Québec au cours des deux prochaines années » et celle-ci « stimulera la demande d’habitations » durant cette période.

Toutefois, « malgré une légère remontée de la demande, une offre soutenue maintiendra la croissance des prix à un rythme modeste », précise Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL.

Dans l’ensemble du Québec

Sur le plan provincial, les mises en chantier devraient totaliser 38 200 unités cette année, 39 000 l’an prochain et 40 100 en 2016.

De leur côté, les reventes de maisons, qui s’établiront autour de 70 900 cette année, devraient atteindre 72 600 en 2015, puis 73 400 l’année suivante, soit une croissance de 2,4 % et de 1,1 % respectivement.

Les prix des maisons existantes afficheront quant à eux une croissance « sous la barre de 2 % » au cours de cette période.

Dans la région de Québec

La SCHL a également fait part de ses prévisions pour la région métropolitaine de Québec. En raison d’un plus vaste choix sur le marché de la revente, notamment, les mises en chantier sont appelées à ralentir d’ici à 2016. De 4125 unités cette année (-12 %), elles diminueront à 3 650 en 2015 (-12 %) et à 3 300 en 2016 (-10 %), soit le plus faible niveau depuis 2002.

L’an prochain, l’organisme s’attend par ailleurs à ce que les ventes progressent de 3 % par rapport à 2014 pour se chiffrer à 6 650. En 2016, la croissance se poursuivra et le nombre total de transactions devrait s’établira à 6900, soit une hausse de 4 %.

Le prix moyen des propriétés résidentielles augmentera de 1 % en 2014, puis de 2 % par année, pour atteindre 280 000 $ en 2016.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.