A A A
Immobilier

Immobilier résidentiel : la FCIQ revoit ses prévisions à la hausse

9 juillet 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a relevé ses prévisions pour 2015 concernant le marché immobilier résidentiel au Québec, avec une croissance escomptée de 6 % du nombre de transactions, comparativement à la hausse de 2 % prévue à l’origine.

« La baisse surprise des taux d’intérêt en début d’année et une relance de l’emploi plus vigoureuse qu’anticipée sont les deux principaux facteurs qui expliquent une activité plus forte que celle que nous avions prévue initialement », explique Paul Cardinal, directeur de l’équipe d’analyse du marché de la FCIQ.

Voici un aperçu des nouvelles prévisions de la Fédération pour cette année et de ses pronostics pour 2016.

LA PLUS FORTE HAUSSE DEPUIS 2012

La hausse d’activité de 6 % prévue cette année se traduira par quelque 75 000 ventes à l’échelle de la province, ce qui représente un sommet depuis trois ans. L’an prochain, ce nombre devrait être de 74 500, soit un très léger repli de 1 %.

Le prix médian des maisons unifamiliales progressera de 1 % dans l’ensemble de la province en 2015 et en 2016, pour atteindre respectivement 230 000 et 232 500 dollars.

À MONTRÉAL : +6 % POUR LES VENTES

Dans la région de Montréal, la FCIQ s’attend à une croissance des ventes résidentielles de 6 % cette année, suivie d’une légère baisse de 1 % l’an prochain.

Le prix médian des maisons unifamiliales aura augmenté de 2 % d’ici au 31 décembre pour s’établir à 288 000 dollars. Puis, en 2016, celui-ci enregistrera un autre gain de 2 %, à 293 000 dollars.

Du côté de la copropriété, la croissance du prix médian devrait être de 3 % en 2015 et de 1 % en 2016, pour atteindre respectivement 236 000 et 238 000 dollars, et ce « malgré des conditions de marché à l’avantage des acheteurs », note la Fédération.

QUÉBEC : LES PRIX REPARTENT À LA HAUSSE

Dans la région de Québec, la hausse des ventes résidentielles est révisée à 7 % cette année, avec 6 900 transactions prévues, un niveau d’activité qui devrait demeurer stable en 2016.

Après avoir fait du surplace l’an dernier, le prix médian des unifamiliales reprendra le chemin de la croissance, passant de 245 000 dollars en 2014 à 248 000 dollars en 2015 (+1 %), puis à 251 000 dollars l’an prochain (+1 %).

Enfin, après avoir légèrement reculé l’an dernier (-1 %), le prix médian d’une copropriété se stabilisera à 199 000 dollars cette année, avant de reprendre lui aussi une trajectoire ascendante en 2016 (+1 %).

La valeur des permis de bâtir a baissé en mai

La valeur totale des permis de bâtir a diminué de 14,5 % pour s’établir à 6,7 milliards de dollars en mai, après deux mois d’augmentations d’au moins 10 %, selon les données publiées hier par Statistique Canada.

Dans le secteur résidentiel, la valeur des permis a baissé de 13,5 % pour se fixer à 3,9 milliards, ce qui a mis fin à une série de trois hausses mensuelles consécutives, précise l’agence fédérale.

Des diminutions ont été observées dans sept provinces, une grande partie de la baisse étant attribuable à l’Ontario et à l’Alberta. Par contre, la Colombie-Britannique a enregistré la hausse la plus prononcée.

AUGMENTATION AU QUÉBEC

Les municipalités canadiennes ont délivré des permis de construction non résidentielle d’une valeur de 2,8 milliards, soit une baisse de 16 % par rapport au mois précédent. Ce recul fait suite à des augmentations de 24,8 % en mars et de 31,7 % en avril.

De leur côté, les entrepreneurs ont pris des permis pour des logements unifamiliaux d’un montant de 2,3 milliards (-5,5 % par rapport à avril). Une diminution a été observée dans cinq provinces, l’Ontario ayant enregistré la plus forte baisse, suivi loin derrière par l’Alberta. Le Québec a quant à lui affiché la plus forte augmentation.



La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques