A A A
Techno

Insolite : Barclays adopte l’empreinte veineuse

11 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Est-ce la fin du vol d’identité et autres fraudes à la carte bancaire? Afin de reconnaître à coup sûr ses clients, Barclays a décidé d’employer les grands moyens, rapporte Le Figaro.

Comment? En développant, en partenariat avec Hitachi Europe, un système de reconnaissance des individus par leurs réseaux veineux.

Dès l’an prochain, elle compte expédier 30 000 lecteurs biométriques à ses grands comptes entreprises et, si l’expérience se révèle concluante, elle sera généralisée.

Le principe est simple : chaque client enregistre son « empreinte veineuse » en scannant le bout de son doigt, et l’appareil la garde en mémoire. Sur papier, ce système semble infaillible, puisque les veines ne sont altérées ni par la vieillesse ni par la maladie.

Un moyen de contrer la fraude

L’opération présente plusieurs avantages, souligne Le Figaro. Le premier est qu’il permettra de mieux lutter contre la fraude, qui a fait perdre près de neuf milliards de dollars canadiens aux banques britanniques l’an dernier.

Ce système fera aussi l’affaire des clients pressés ou distraits. Désormais, inutile de se rappeler son code secret ou de prendre le (gros) risque de l’écrire sur un bout de papier, car un simple doigt permettra d’accéder à ses comptes ou d’effectuer une transaction.

Selon ses promoteurs, cette technique devrait également décourager certains malfaiteurs de… couper des doigts.

En effet, « contrairement aux empreintes digitales, le réseau veineux est très difficile à imiter et le doigt scanné doit être attaché à un être humain vivant pour que les veines soient authentifiées », a expliqué au quotidien britannique The Guardian un représentant de Barclays.

Plusieurs milliers de distributeurs automatiques de billets sont déjà équipés d’un tel système de reconnaissance, notamment en Pologne et au Japon. Pour l’instant, il n’en existe pas au Canada.

 
 
La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques