A A A
Immobilier

Insolite : des toilettes publiques en vente à… 2 M$!

4 février 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

toilettes_Londres_bar_Public_Life« L’extravagance immobilière londonienne » ne prend pas de repos en 2016. On peut toujours y trouver des biens immobiliers très étranges aux prix faramineux, rapporte Le Figaro.

Citant un récent article du journal britannique The Independent, le quotidien français en profite pour s’étonner de nouveau des mœurs immobilières de la perfide Albion.

Cette fois-ci, c’est une petite annonce particulièrement insolite qui fait l’objet de son émoi. Une agence londonienne y met en vente d’anciennes toilettes publiques en sous-sol, situées dans l’est de la ville, en face de Spitalfields Market et de l’église Hawksmoor, à deux pas de la station de métro Liverpool Street.

UNE ANCIENNE BOÎTE DE NUIT

Un temps transformé en boîte de nuit baptisée Public Life, le lieu a été fermé par la police en 2012 à la suite de problèmes de drogue et de prostitution. D’une surface de 55 mètres carrés, il est censé pouvoir accueillir jusqu’à 60 personnes (enlacées, sans doute…).

Sa mise en vente a néanmoins de quoi faire réfléchir les investisseurs potentiels, puisque son prix a été fixé à un million de livres (2 M$), soit le triple de la somme pour laquelle elle avait été vendue une première fois en 2000.

« Un endroit idéal pour un restaurant cosy ou un bar à cocktails », commente The Independent. Sauf qu’il revient à plus de 35 000 $ du mètre carré, ce qui n’est pas donné, même à Londres.

À MAYFAIR, 87 000 $ LE MÈTRE CARRÉ!

Cela dit, relativise Le Figaro, un studio de 30 mètres carrés mis en vente il y a quelques mois dans le quartier huppé de Mayfair avait lui aussi été cédé pour 2 M$, soit un prix au mètre carré avoisinant les… 87 000 $!

« Ce type de bien est acheté par une clientèle qui recherche avant tout une adresse dans le quartier et non un foyer. Ce sont des personnes qui veulent pouvoir dire qu’elles habitent Mayfair », avait alors expliqué au journal l’agent chargé de la vente.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques