A A A
Dollar

Insolite : facile de braquer une banque comme au cinéma!

11 août 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Même dans le domaine du cambriolage, la réalité dépasse parfois la fiction. Ou du moins, s’en inspire. Samedi, lors d’un salon à Las Vegas, des pirates informatiques ont réussi à ouvrir un coffre-fort et à mettre hors service des caméras de surveillance sans être repérés, relate Le Figaro.

En s’inspirant des scénarios de nombreux films hollywoodiens, Eric Van Albert et Zach Banks, deux chercheurs en informatique, ont réussi à prendre le contrôle des caméras de sécurité et à diffuser de fausses images sur les écrans des gardiens, leur laissant tout le temps nécessaire pour s’enfuir avec le butin ni vu ni connu.

Mais rassurez-vous, il ne s’agissait pas d’un véritable braquage de banque, mais plutôt d’une démonstration réalisée à l’occasion de la Def Conf, un célèbre salon de pirates informatiques de Las Vegas.

« Nous avons mis sur pied notre dispositif en restant le plus fidèle possible à ce qui se fait dans les films, a déclaré Eric Van Albert. Nous voulions voir à quel point ce type d’attaque était plausible. » Lui et son acolyte ont dépensé environ 500 $ pour fabriquer l’outil permettant de pirater les câbles reliant les caméras aux écrans des gardiens. Le flux intercepté était analysé par un programme informatique, qui restituait ensuite des images inoffensives.

LA CLÉ USB, L’AMI DU PILLEUR DE COFFRE-FORT

Mais ce n’est pas tout de déjouer les caméras de sécurité, encore faut-il être capable d’ouvrir le coffre-fort et de s’emparer du précieux butin. Daniel Petro et Oscar Salazar, de l’entreprise de sécurité informatique Bishop Fox, ont réussi ce tour de force avec l’aide… d’une clé USB. Évidemment, le coffre-fort n’était pas une simple boîte en métal munie d’une solide serrure mécanique, mais était plutôt équipé d’un système informatique en mesure de compter les billets et de créditer les comptes des dépositaires par internet.

Les deux hommes ont indiqué qu’ils avaient choisi la prise USB parce qu’elle leur permettait d’utiliser un ordinateur plus puissant pour ouvrir le coffre. Mais Daniel Petro a souligné que, de toute façon, il fallait accéder physiquement au coffre pour pouvoir en retirer l’argent.

Au risque de décevoir certaines personnes mal intentionnées, les deux hommes ont prévenu le fabricant des coffres-forts, qui a déjà développé une solution pour contrer ce type d’attaque.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.