A A A
Achats/ventes au detail

Insolite : mieux vaut investir dans un sac Hermès que dans l’or

28 janvier 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

sac_birkin_hermesOubliez le pétrole, l’or, l’immobilier ou les montres de luxe : le meilleur placement est, peut-être, un sac Birkin d’Hermès, rapporte BFM TV.

C’est en tout cas ce qu’aimerait bien faire croire le site Baghunter, spécialisé dans la vente de sacs de luxe.

En effet, celui-ci a récemment publié une « étude » (en anglais) par laquelle il entend prouver que son produit vedette, qui porte le nom de la chanteuse Jane Birkin, représente un meilleur investissement que le métal jaune, l’or noir ou les actions.

PLUS PAYANT QUE LE S&P 500

Baghunter affirme ainsi que, entre 1980 et 2015, le S&P 500, l’indice le plus généraliste de Wall Street, a fait gagner en moyenne 8,65 % par an aux investisseurs en tenant compte de l’inflation, tandis que l’or enregistrait de son côté une baisse de 1,5 %. Durant cette même période, la hausse moyenne du prix du sac Birkin d’Hermès a été de 14,2 % annuellement, soutient la compagnie.

Si l’on en croit les données publiées par Baghunter, les investisseurs auraient donc tout intérêt à se précipiter chez Hermès pour s’inscrire sur la (longue) liste d’attente des candidats à l’achat de ce sac objet de tous les désirs, ironise BFM TV.

Sauf que l’entrepreneur a évidemment tout intérêt à promouvoir ce produit de (grand) luxe qu’il propose à partir de la modique somme de… 10 000 euros (environ 15 500 $) et jusqu’à 200 000 euros (309 000 $) pour les modèles les plus hauts de gamme.

PAS FORCÉMENT UNE BONNE AFFAIRE

Investir dans un sac Birkin comme dans de l’or ou des actions revient à un peu à mélanger « des pommes et des poires », met en garde Quartz. On peut difficilement le comparer à autre chose dans la mesure où son prix est si élevé qu’il n’en existe qu’un très petit nombre sur le marché, souligne le site web.

« Comme pour les Ferrari, c’est d’ailleurs justement parce qu’il y a peu d’exemplaires (et donc logiquement de vendeurs) et d’unités produites que le prix du sac est tellement élevé », remarque BFM TV.

« S’il venait à être passé de mode, les riches propriétaires du sac seraient nombreux à vouloir s’en défaire et son prix s’effondrerait », prévient la chaîne.

Ce n’est pas parce que ce produit a pu constituer un bon « placement » dans le passé que cela sera forcément le cas à l’avenir, conclut-elle.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques