A A A
Calculatrice

Insolite : payez vos impôts, sinon gare à vos oreilles!

20 avril 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

tambour_Inde_musique_tamtam_bruitUne municipalité indienne a trouvé un moyen pour le moins original d’obliger ses contribuables récalcitrants à payer leurs impôts, rapporte le Wall Street Journal.

À Thane, une ville située dans la banlieue de Mumbai, la capitale économique de l’Inde, les autorités locales ont décidé d’employer les grands moyens pour recouvrer l’argent qui leur était dû, parfois depuis plusieurs années.

Désormais, elles envoient des batteurs de tambour jouer devant la maison des mauvais payeurs jusqu’à ce qu’ils craquent… et obtempèrent.

UNE MÉTHODE EFFICACE

Le quotidien new-yorkais cite notamment le cas d’un promoteur immobilier qui avait «oublié» de répondre aux injonctions des autorités locales durant cinq ans.

Mais lorsque les joueurs de tambour se sont présentés devant chez lui, ameutant tous ses voisins, il a immédiatement accepté de faire un chèque de 62 000 roupies indiennes (environ 1 200 $) pour régler ses arriérés.

Les stratégies habituelles sont inefficaces, explique Sanjeev Jaiswal, commissaire municipal de Thane.

«Quand vous obtenez un avis, vous êtes le seul à être au courant. Mais quand un groupe de percussionnistes joue du tambour en bas de chez vous, cela change tout, car c’est votre réputation qui est en jeu.»

PAUVRETÉ ET FRAUDE GÉNÉRALISÉE

Et comme la plupart des gens veulent à tout prix éviter le scandale et la honte qui rejailliraient sur leurs proches, ils préfèrent payer ce qu’ils doivent.

Cette méthode peu orthodoxe donne d’excellents résultats, puisqu’en l’espace de trois mois, le montant retiré des taxes foncières à Thane a grimpé de 20 %.

L’Inde connaît de longue date des problèmes pour collecter les impôts, principalement parce qu’un grand nombre de ses habitants sont trop pauvres pour devoir quoi que ce soit à l’État. Cela dit, si seuls 3% des quelque 1,2 milliards d’Indiens en payent, c’est aussi parce que la fraude est généralisée.

UN PRÉCÉDENT EN 2005

En 2005, l’agence Reuters s’était déjà fait l’écho d’une telle initiative à Rajahmundry, dans le sud du pays.

Les dirigeants locaux avaient alors mandaté une vingtaine de groupes de tambourineurs pour venir à bout des mauvais payeurs.

«Ils jouent devant la maison des récalcitrants et leur expliquent ce qu’ils doivent payer au plus vite. Ils n’arrêtent pas tant que les gens n’ont pas accepté de payer», avait expliqué à l’agence un conseiller municipal de la ville.

Là encore, cette méthode avait porté ses fruits, puisque 18% des arriérés dus avaient été réglés en une semaine.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.