A A A

Investissez dans l’énergie et les métaux de base, clame Marchés mondiaux CIBC

6 juin 2006 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(06-06-2006)« La chute de 460 points à la Bourse de Toronto en mai présente une occasion d’achat idéale pour les investisseurs qui souhaitent renforcer leur position sur les marchés mondiaux de l’énergie et des métaux de base », soutient Jeff Rubin, stratège en chef de CIBC Marchés mondiaux.

Dans une étude(en anglais)qu’on peut consulter en cliquant ici :

Il prétend que ces deux secteurs semblent à présent abordables comparativement au niveau actuel des cours commerciaux, « surtout si l’on tient compte du flux de bénéfices que les prix de ces secteurs faciliteront ».

Pour ce qui est de l’énergie, Jeff Rubin note que les valeurs demeurent très attrayantes, puisque la hausse dans ce secteur n’est que de 7 % depuis le début de l’année. Pourquoi si peu ? Parce que par le prix du gaz naturel est déprimé après l’un des hivers les plus doux jamais enregistrés. Mais comme il prévoit une année record de jours de climatisation domestique cet été, les prix devraient se remettre à grimper. De plus, comme les services météorologiques américains estiment à 80 % la probabilité d’une autre saison d’ouragans destructeurs, « plus d’un million de barils par jour de la production du golfe du Mexique est à risque, ce qui pourrait bien porter les prix du pétrole à de nouveaux sommets au cours des six prochains mois ». Les portefeuilles types de Jeff Rubin sont surpondérés en titres du secteur de l’énergie, à hauteur de 34,6 %.

Du côté des métaux de base, le stratège croit que les valeurs du groupe des métaux et des produits miniers se transigent à 6 % au-dessous de la valeur marchande. Bien que les prix élevés des métaux entraîneront la mise sur pied de nouvelles mines, la demande devrait demeurer supérieure à l’offre au moins jusqu’en 2008.

La pondération du portefeuille en fiducies de revenu, lesquelles continuent de dominer les catégories d’actifs en matière de rendement, demeure au double de la cible. Jeff Rubin accroît ce mois-ci la présence des fiducies dans le secteur de l’énergie.

Pour leur faire de la place, il réduit celle des fiducies commerciales, dont les rendements ont été décevants cette année. Il diminue également la surpondération des actions industrielles, étant donné le risque croissant auquel les marges sur les exportations sont exposées en raison de la flambée du dollar canadien.

En revanche, il augmente de 0,5 % la pondération dans le secteur des services publics, pour lequel les valeurs « pourraient profiter de la fin du cycle de resserrement de la Banque du Canada ».

 

Loading comments, please wait.