A A A
Argent

Progression du courtage de valeurs mobilières au Québec

7 octobre 2013 | Dominique Lamy | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


L’enquête sur le courtage de détail en valeurs mobilières, réalisée par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dévoile non seulement une progression annuelle de 6,6 % de l’actif géré auprès de l’ensemble des courtiers au 30 juin dernier, mais aussi la mainmise de quelques grands acteurs sur l’industrie.

Cette hausse survient malgré la plus récente baisse trimestrielle de 0,8 % de l’actif géré comptabilisé à cette date, qui totalise désormais 192,3 milliards de dollars au Québec comparativement à 180,5 milliards au 30 juin 2012.

Le portefeuille d’actions se chiffre à 87,9 milliards au deuxième trimestre 2013, comparativement à 79,6 milliards au trimestre correspondant de l’année passée (+10,5 %). Le portefeuille de fonds communs de placement, confié aux courtiers en valeurs mobilières au Québec progresse quant à lui de 42,3 à 49,1 milliards au cours des 12 derniers mois (+15,9 %). La valeur des dépôts et certificats de placement garanti diminue de 8,0 %, l’actif sous forme d’obligations plonge de 9,2 % et la valeur totale des liquidités augmente de 7,0 % pour atteindre respectivement 9,7, 31,3 et 13,7 milliards de dollars.

À lire : Fonds communs : les investisseurs préfèrent les frais intégrés

Une offre de service concentrée

Ce plus récent rapport de l’ISQ souligne du même souffle la forte concentration de l’offre de service qui prévaut dans l’industrie. Ainsi, au 30 juin 2013, huit entreprises possédaient au moins une société dans le courtage de plein exercice ainsi qu’au moins une filiale active dans le courtage à escompte. Cinq entreprises exercent seulement dans l’un ou l’autre de ces deux types de services. L’essentiel de l’offre du courtage de détail en valeurs mobilières s’organise donc essentiellement autour de 22 sociétés au Québec. « Les cinq plus importantes entreprises de courtage au Québec regroupent, avec leurs filiales, 82,4 % de l’actif recueilli auprès des particuliers », confirment les auteurs de l’étude.

Grosso modo, les banques à chartes canadiennes et les caisses Desjardins, en incluant toutes leurs filiales de courtage respectives, sont responsables de 97,8 % du marché de détail des valeurs mobilières au Québec.

Le courtage de plein exercice occupe 77,0 % du marché de détail des valeurs mobilières au Québec, pour un total de 148,2 milliards au 30 juin 2013. L’activité des dix sociétés de courtage de détail à escompte ou en ligne cumule, quant à elle, 44,2 milliards de la richesse financière brute des Québécois.

D’autres statistiques tirées du rapport

  • Les clients des sociétés à escompte ou en ligne concentrent davantage leur portefeuille de placement dans les actions (57,6 %) que ce n’est le cas chez les clients de courtiers de plein exercice (42,2 %).
  • Ces derniers accordent cependant une place plus importante aux obligations de tout type (19,2 %) que ne le font les usagers des services à escomptes ou en ligne (6,6 %).
  • Le tiers des fonds sous gestion, soit la rondelette somme de 64,9 milliards, est lié aux REER, aux FERR et aux REEE.
À lire : Les fonds communs en forte progression au Québec
Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000