A A A
Économie

L’agriculture, un secteur porteur

29 mai 2012 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Bien que les marchés canadiens des actions aient été à la traîne dernièrement, l’avenir semble être considérablement radieux pour les investisseurs canadiens dans le secteur agricole, estime BMO Groupe financier.

En effet, les tendances internationales, comme la croissance importante de la population, la progression soutenue du PIB par habitant dans les économies en développement, la diminution des terres arables par habitant, l’urbanisation et l’émergence de carburants de remplacement devraient fortement accroître la demande pour des produits alimentaires au cours des prochaines décennies.

Selon BMO, la demande en denrées alimentaires et autres produits agricoles devrait croître à un rythme rapide, en particulier dans les marchés émergents, où la croissance de la population et des revenus stimule la consommation. Par exemple, voici quelques faits concernant la Chine :

* La consommation alimentaire par habitant atteint 2900 calories par jour, ce qui est au-dessus de la moyenne mondiale.

* La hausse des revenus s’est traduite par un glissement vers des régimes alimentaires riches en protéines; la consommation de protéines de la population chinoise surpasse la moyenne internationale.

* La consommation de viande exerce une pression sur la chaîne alimentaire, incluant une hausse de la demande en matières premières d’alimentation.

« La demande accrue en denrées alimentaires se heurte à une raréfaction des ressources, notamment la terre et l’eau, qui se traduit par une tendance à long terme à la hausse dans le prix des principales matières agricoles, des titres associés à l’agriculture et des terres agricoles », fait remarquer BMO. Après être demeurés stables durant près de 20 ans, les prix des matières agricoles ont bondi, l’indice S&P/GSCI Agricultural and Livestock atteignant des niveaux aujourd’hui plus de deux fois plus élevés par rapport à ce qu’ils étaient il y a une décennie.

BMO estime qu’il y a également place à l’élaboration de nouveaux produits dans le secteur de l’agroalimentaire. Par exemple, le coût élevé des sources d’énergie non renouvelables favorise la recherche de carburants alternatifs; la production d’éthanol aux États-Unis a ainsi triplé depuis 2006.

De plus, les soins de santé évoluent vers la prévention des maladies. L’utilisation de produits tels que les œufs enrichis d’oméga-3 provenant de fibres de lin, les jus de fruits additionnés de calcium et les tomates contenant des quantités plus importantes de lycopène pourrait stimuler le développement de créneaux prometteurs.

« L’agriculture offre une exposition relativement défensive dans le secteur plus large des matières premières, et représente une solution de rechange assortie d’un coefficient bêta inférieur pour les investisseurs inquiets face aux conséquences de l’évolution des prévisions concernant la croissance internationale dans les secteurs plus volatils de l’énergie et des métaux de base », note BMO.

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000