A A A
Justice

L’AMF tente de stopper une opération de manipulation de marché

21 juillet 2011 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a obtenu des interdictions d’opérations sur les titres de Wanderport Corp. et de Neuro-Biotech inc., car elle craint qu’une bande de malfaiteurs ne soit en train d’en manipuler les cours.

Il s’agit d’un dossier complexe qui impliquerait une vingtaine d’entreprises et une quinzaine d’individus, dont plusieurs sont connus de l’AMF. Dix maisons de courtage sont également mises en cause. Wanderport Corp. et Neuro-Biotech inc. sont des penny stocks qui sont échangés sur les marchés hors cote.

« Nous serions ici en présence d’opérations de manipulations boursières initiées par un nombre élevé de personnes; ils auraient tenté au cours des années de promouvoir les titres de certaines des sociétés intimées pour en faire mousser la valeur et ensuite vendre les titres dont ils sont propriétaires pour encaisser les profits dus à la hausse des prix provoquées par leurs manoeuvre », indique le Bureau de décision et de révision (BDR), qui a prononcé les interdictions dans des documents qui comptent plus de 40 pages.

Cette technique de manipulation boursière est communément appelée pump and dump.

On peut résumer la décision du BDR en quatre points :

1. Interdiction aux sociétés Wanderport Corp., 65705442 Canada inc. et Conseils Hilbroy inc. d’effectuer des opérations sur le titre de Wanderport Corp.

2. Interdiction aux dirigeants, aux administrateurs et aux employés des ces entreprises, de même qu’à Jean-François Amyot, Andrea Cortellazzi et Andrew Barakett, de négocier le titre de Wanderport Corp.

3. Interdiction à Neuro-Biotech, à ses dirigeants, à ses administrateurs, à ses employés, à Andrea Cortellazzi et à Serge Ollu de transiger le titre de Neuro-Biotech.

4. Ordre à la société IAB Média de fermer le site Internet « itsallbull.net » où étaient promus les titres de Wanderport Corp.

On se rappellera que Serge Ollu et Andrea Cortellazzi sont mêlés au dossier Ressources minières Andréane. Ces deux pseudo-conseillers doivent répondre d’une quarantaine d’accusation pour pratique illégale de courtier et aide au placement illégal. Des amendes totalisant 460 000 $ leur sont réclamées. Dans cette histoire, 53 personnes auraient investi (et perdu) 1,8 million de dollars.

Loading comments, please wait.