A A A
Argent

L’irrésistible attrait de l’immobilier

27 mars 2013 | Ronald McKenzie

  • envoyer
  • imprimer


Plus de 80 % des Québécois croient que l’achat d’une maison ou d’une copropriété constitue un « bon investissement », indique la 20e Enquête annuelle sur les tendances du marché résidentiel de RBC.

Cette confiance envers les actifs immobiliers demeure très forte si l’on considère que la grande majorité des Québécois sondés (87 %) n’ont pas l’intention d’acheter une maison au cours des deux prochaines années.

« Compte tenu des prix actuels des maisons, les Québécois sont divisés presque à parts égales entre ceux qui croient qu’il est plus judicieux d’acheter une maison maintenant (49 %) et ceux qui jugent préférable d’attendre l’année prochaine (52 %) », analyse la RBC.

Là où l’opinion des Québécois se rapproche le plus de celle des Canadiens en général, c’est dans leur description du marché actuel de l’habitation : quatre participants sur dix estiment qu’il est équilibré (40 % au Québec et au plan national), alors que 37 % des Québécois affirment qu’il s’agit d’un marché acheteur (35 % au national).

« Les opinions divergent en ce qui a trait au marché actuel de l’habitation. Les Québécois ont une grande confiance en la valeur de l’investissement immobilier, mais certaines incertitudes concernant la direction que prendront le prix des maisons et les taux hypothécaires pourraient avoir un effet négatif sur les intentions d’achat », explique RBC.

L’étude révèle aussi que :

* Plus de la moitié des Québécois sondés (52 %) s’attendent à ce que les taux hypothécaires demeurent stables au cours des 12 prochains mois, et le tiers (33 %) croient qu’ils augmenteront. Tout de même, 15 % des Québécois pensent que les taux hypothécaires seront moins élevés dans un an, soit une proportion plus importante que partout ailleurs au Canada.

* Quatre résidents du Québec sur dix (40 %) croient que les prix des maisons seront plus élevés à la même période l’an prochain. Ils sont suivis de près par ceux qui croient que les prix demeureront les mêmes (37 %). Environ le quart des Québécois s’attendent à ce que les prix des maisons soient moins élevés à la même période l’an prochain (24 %).

* Les Québécois figurent parmi les moins enclins à croire que les modifications récemment apportées à la réglementation hypothécaire auront une incidence sur l’entrée des Canadiens dans le marché (69 %; moyenne nationale : 75 %).

À lire :

Immobilier : les prix feront du sur-place au cours de la prochaine décennie

BMO relance son offensive sur les taux hypothécaires

Loading comments, please wait.