A A A
Entente

La Banque CIBC supprime 500 emplois

3 février 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

À l’instar de plusieurs de ses concurrentes ces derniers mois, la Banque CIBC a réduit la taille de sa main-d’œuvre pour tenter d’améliorer son efficacité et de s’ajuster au ralentissement de l’activité de prêts aux consommateurs.

Selon un article publié il y a quelques jours par le Wall Street Journal, la cinquième plus importante institution financière canadienne a en effet supprimé plus de 500 emplois au cours des deux dernières semaines.

La CIBC compte actuellement environ 44 500 employés au pays à temps plein ou à temps partiel. L’un de ses porte-parole a indiqué vendredi que les suppressions d’emplois témoignaient des efforts de la banque pour réaligner ses ressources et améliorer son efficacité, sans donner d’autres détails, rapporte La Presse canadienne.

Plus de 5 000 embauches en 2015

Elle a par ailleurs indiqué dans un communiqué qu’elle prévoit embaucher plus de 5 000 personnes cette année, et ce malgré les mises à pied. Toutefois, elle n’a pas précisé combien de ces embauches seront des nouveaux postes.

En novembre, la Banque Scotia avait annoncé son intention de supprimer 1 500 emplois dans le monde, dont environ un millier au Canada. Elle avait alors attribué cette situation à ses plans pour centraliser et automatiser plusieurs tâches des succursales et réduire le soutien opérationnel de ses activités de gestion de patrimoine.

Aucune fermeture de succursale n’était envisagée au pays, mais la direction a prévu de réduire de 10 % le nombre de ses succursales hors des frontières.

La Banque Royale aussi

La Banque Royale a quant à elle déjà avisé qu’elle mettait fin à ses activités de gestion de patrimoine dans les Caraïbes, à la suite de la vente de ses activités en Jamaïque en 2014.

L’établissement n’a pas précisé combien d’emplois seraient perdus à la suite de cette décision sur ses activités caribéennes, mais elle a prévenu que ses équipes internationales de gestion de patrimoine à Toronto, Montréal et aux États-Unis seraient touchées.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques