A A A

La Banque du Canada et la Réserve fédérale américaine interviennent encore

16 août 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La Banque du Canada et la Réserve fédérale américaine sont intervenues de nouveau mercredi afin de calmer les marchés, d’assurer leur bon fonctionnement et de combler leur manque de liquidités. Au Canada, la Banque a annoncé l’élargissement temporaire de la liste des garanties pouvant être utilisées par les institutions financières participantes dans le cadre de son processus de financement à un jour.

En plus des titres du gouvernement canadien, la banque centrale canadienne acceptera, jusqu’à nouvel ordre, tous les titres admissibles aux fins des prises en pension spéciales, comme les obligations de sociétés ou des effets de commerce de certaines catégories. Les effets de commerce adossés à des portefeuilles de prêts(Asset-backed commercial paper – ABCP)sont toutefois absents de la liste.

L’allègement des facilités de refinancement auprès de la banque centrale permettra plus de souplesse aux institutions financières participantes qui pourraient avoir à respecter leurs engagements pris dans le cadre de contrats de liquidités avec les intermédiaires de financement, tels que Coventree qui a été très affectée par la crise actuelle.

La Banque du Canada est restée assez taciturne par rapport à son initiative. Elle s’est contentée de la qualifier d’« utile », sans élaborer sur l’ampleur de la crise de liquidités au Canada.

Cependant, selon Carlos Leitao, stratège et économiste en chef chez Valeurs Mobilières Banque Laurentienne, la crise est bien réelle. Mercredi, le S&P/TSX perdait d’ailleurs 1,38% pour finir à 13 242 points, le secteur financier étant le plus touché. Le S&P 500 perdait 1,82 % et clôturait à 14 626 points. Le Nasdaq chutait aussi à 2 499, soit une baisse de 1,70 %.

M. Leitao voit donc comme bienvenue l’intervention de la Banque du Canada et croit qu’elle pourrait être annonciatrice de plus amples injections de liquidités. Il ajoute : « Si le besoin se faisait sentir, la Banque centrale pourrait assouplir davantage ces règlements et accepter les ABCP. »

Si la crise actuelle semble se stabiliser sur les marchés européens et américains grâce aux interventions des banques centrales, elle reste encore un problème majeur au Canada. M. Leitao a pourtant bon espoir. « Si on juge par ce qui s’est passé ailleurs, on peut penser que le marché monétaire retrouvera rapidement sa stabilité. »

Mercredi, la Réserve fédérale américaine a annoncé l’injection supplémentaire de 7 milliards $US de liquidités dans le circuit financier par le biais des accords de prises en pension à un jour. Ce montant s’ajoute aux 2 milliards $US lundi et aux 38 milliards $US vendredi.

Loading comments, please wait.